-- -- -- / -- -- --
Nationale

Procès des chômeurs d’El Oued : Verdict reporté au 23 décembre

Procès des chômeurs d’El Oued : Verdict reporté au 23 décembre

Le verdict du procès des six mis en cause dans l’affaire de protestation de chômeurs devant le siège de l’Agence de l’emploi de la wilaya d’El-Oued a été reporté ce lundi par le tribunal d’El-Oued au 23 décembre prochain.

Le représentant du ministère public a requis dans cette affaire une peine de 18 mois de prison ferme assortie d’une amende de 100.000 DA contre cinq des mis en cause et une autre de 12 mois de prison ferme et une amende de 100.000 DA à l’encontre du journaliste et blogueur Adel A.Ch.

Cinq des prévenus avaient été placés en détention provisoire le 9 octobre dernier par le magistrat d’instruction pour “attroupement non armé”, “incitation à l’attroupement” et “insulte et outrage à fonctionnaire en exercice”.

Le journaliste et blogueur Adel A.Ch a été, quant à lui, placé en détention provisoire le 14 octobre dernier après avoir comparu devant le juge d’instruction pour ingérence et violation des vies privées des personnes par la diffusion de photos sur les réseaux sociaux sans consentement des concernés.

L’audience qui avait duré plus de quatre heures, s’est déroulée, en présence des proches et parents des mis en cause, dans des conditions sécuritaires renforcées à la suite du mouvement de protestation ayant précédé le procès.

Ont été présents à l’audience, six victimes travaillant à l’Agence de l’emploi de la wilaya d’El-Oued, deux témoins ayant affirmé avoir fait l’objet “d’insultes et d’outrage” proférés par les mis en cause durant l’exercice de leur mission, que ce soit à l’intérieur de l’Agence ou à l’extérieur, dans son entourage extérieur, durant les jours de la protestation.

Selon les victimes, une séquence vidéo de 20 secondes, diffusée par le journaliste et blogueur Adel A.Ch, ne contenant ni insulte ni outrage à l’encontre des travailleurs de l’Agence de l’emploi, a été accompagnée d’explications fournies par les cadres de l’Agence.

La défense des victimes a plaidé l’absence de preuves matérielles confirmant l’humiliation, l’insulte et l’outrage proférés par les protestataires.

Le mouvement de protestation avait été déclenché au début du mois d’octobre dernier par des chômeurs devant le siège de l’Agence locale de l’emploi, après avoir relevé des dépassements dans la liste de postulants au concours de recrutement à l’entreprise Naftal, rendue public par l’Agence de l’emploi de la wilaya d’El-Oued.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email