-- -- -- / -- -- --
Nationale

Procès de Ould Abbés et Barkat: des peines sévères requises 

Procès de Ould Abbés et Barkat: des peines sévères requises 

Le procureur de la République du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed a dressé, dimanche, un sévère réquisitoire contre les deux ex-ministres de la Solidarité nationale, Djamel Ould Abbas et Said Barkat et à l’encontre aussi des ex-cadres et ex-fonctionnaires du dit ministère, impliqués dans le cadre d’une affaire liée à la malversation et à la corruption.

Le procureur a d’emblée pointé un doigt accusateur sur les deux ex-ministres, affirmant qu’ils sont « entièrement pénalement responsables des inculpations retenues contre eux tout au long de l’instruction judiciaire ». Le procureur a indiqué que : « Les deux mis en cause ont trahi la confiance placée en eux, en procédant aux détournements des deniers publics qui devaient être destinés aux familles nécessiteuses, lesquelles joignaient difficilement les deux bouts de la vie ».   Le représentant du ministère public, qui a requis 12 ans de prison ferme, assortis d’un million de dinars d’amende contre Djamel Ould Abbas, a affirmé que : « Cet ex-cadre de l’Etat a usé de son autorité et son trafic pour détourner des sommes colossales du budget du ministère qu’il gérait, dans les comptes des associations qu’il présidait ». Selon le procureur, l’inculpé qui a déclaré au cours de son audition par le président en charge du dossier, avoir mené pas moins de 12 opérations d’attentats au cours de la guerre de libération nationale, a utilisé de simples agents de sécurité, qui exerçaient sous son autorité et des agents d’Amnal, pour retirer des sommes faramineuses des comptes du ministère pour les verser dans les comptes de ses associations, entre autres Afak et Africana, sans toutefois respecter la réglementation en vigueur.

Le procureur a par ailleurs souligné qu’en « dépit du gel du compte bancaire 682 du ministère sur décision, il a continué à retirer de l’argent appartenant au peuple, en chargeant son fils El Ouafi Fouad El Bachir de mener ses opérations fallacieuses ». Il a précisé que : « Le ministre a prétendu avoir acquis une ambulance à 40 milliards de centimes, alors que les femmes enceintes sont transportées dans des tracteurs vers les hôpitaux pour accoucher ». Le procureur a estimé que : « Djamel Ould Abbas a détourné pas moins de 1 200 micros-portables d’une valeur de 86 milliards de centimes, qui devaient être offerts aux lauréats du baccalauréat session 2002 ! Ces portables ont été offerts aux fils des cadres et fonctionnaires de la tutelle ». Par ailleurs, le procureur a requis 10 ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dinars et la saisie de tous les biens appartenant à Said Barkat. Le procureur a affirmé que : « L’ex-ministre en question a procédé de la même manière que Djamel Ould Abbas, en détournant des sommes colossales dans l’acquisition de pas moins de 1 600 bus et 350 véhicules qui n’ont jamais été retrouvés ».

Le procureur a requis 8 ans de prison ferme contre l’ex-secrétaire général de ministère de le solidarité, Khalledi Bouchnak, impliqué pour complicité dans le détournement et la dilapidation de deniers publics, estimés à plus de 706 milliards de centimes durant la période allant de 2001 à 2016. Le procureur a en outre requis 10 ans de prison ferme, assortis du mandat d’arrêt international lancé contre El Ouafi Fouad El Bachir, pour avoir détourné des sommes colossales du budget du ministère pour les utiliser dans les campagnes électorales auxquelles participait son père. Des peines allant 3 à 5 ans de prison ferme ont été requises par le procureur contre les 11 autres accusés pour complicité dans la dilapidation de deniers publics. Il convient de signaler que le représentant du Trésor public a estimé que le préjudice matériel causé à l’Etat est de l’ordre de 1 197 milliards de centimes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email