-- -- -- / -- -- --
Nationale

Procès de militants du hirak à Alger : De lourdes condamnations

Procès de militants du hirak à Alger : De lourdes condamnations

Les différents tribunaux de la capitale ont prononcé mardi, tard dans la journée, de lourdes sentences contre les détenus du hirak, arrêtés notamment pour port de l’emblème amazigh en dépit de son interdiction.

Au tribunal de Sidi M’hamed, le verdict du procès de six manifestants, poursuivis pour le port du drapeau amazigh, sera rendu mardi 29 octobre. Lors de leur jugement, ils ont été condamnés à deux ans de prison ferme par le procureur de la Republique pour « atteinte à l’intégrité du territoire ». Il s’agit de Leftissi Messaoud, Djaber Aibeche, Bilal Bacha, Khaled Oudihat, Hamza Meharzi et Tahar Safi, qui ont été défendus par un important collectif d’avocats.

Ces manifestants font partie du contingent des plus anciens détenus du hirak, car ils ont été arrêtés lors de la marche du 21 juin à Alger, le premier vendredi où le port du drapeau amazigh a été interdit. Le procès de cinq autres détenus du hirak, Idir Ali, Boudjemil Mohand, Karoun Hamza, Lekhal Kamal et Okbi Akli devait se dérouler hier à partir de 9h au tribunal de Bainem, à Alger, a annoncé le CNLD dans la journée. Effectivement, hier mercredi, ils ont comparu devant le tribunal de Bainem, à l’ouest d’Alger, et le procureur de la République a requis à leur encontre des peines de 18 mois de prison ferme et 50 000 dinars d’amende, a annoncé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Cependant, « le tribunal de Bainem rendra le verdict de ce procès mercredi 30 octobre », ajoute le CNLD, selon lequel la plaidoirie a été assurée par 12 avocats. Par ailleurs, à El Oued, la chambre d’accusation a confirmé mardi le maintien en détention provisoire du journaliste et blogueur Adel Azeb El Cheikh.

Le journaliste, placé en détention la semaine dernière, est poursuivi pour « diffusion d’images sans l’aval du directeur de l’emploi ». Adel Azeb El Cheikh avait partagé des photos et des vidéos d’un rassemblement de protestation de chômeurs devant le siège de la direction de l’emploi de la ville. Selon El Khabar, la chambre d’accusation a également confirmé dans la même affaire le maintien en détention provisoire de trois activistes du hirak et membres du comité local des chômeurs : Farouk Kadiri, Abdelali Ben Omar et Karam Chabrou. Ces derniers ont été inculpés pour atteinte à une institution publique, insulte et diffamation, et prise de photos d’une personne sans son consentement, suite à un mouvement de protestation devant la direction locale de l’emploi, il y a un mois.

Selon le journal arabophone citant des sources judiciaires, l’instruction dans le dossier du journaliste et des autres détenus a été achevée, et il est fort probable qu’ils soient présentés au tribunal « dans le courant de la semaine prochaine ou celle qui suit ».

Devant le palais de Justice, des journalistes et des activistes du hirak étaient présents pour apporter leur soutien aux jeunes arrêtés. Des appels ont été lancés pour la libération des détenus. Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Hassen Rabehi, interrogé sur les poursuites judiciaires contre un journaliste, a souligné que « le concerné ainsi que toutes les personnes poursuivies en justice seront jugées conformément aux lois de la République, en fonction des accusations retenues contre chacun d’eux ». Il a appelé les journalistes à “être objectifs et se conformer aux règles de la déontologie et du professionnalisme”.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email