Procès de Khalifa Bank : Lourdes peines requises contre Khalifa et Karamane – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Procès de Khalifa Bank : Lourdes peines requises contre Khalifa et Karamane

Procès de Khalifa Bank :  Lourdes peines requises contre Khalifa et  Karamane

En ce second jour du procès de Khalifa Bank, le procureur général près de la cour de justice de Blida, Lasnami Noureddine, a requis ce lundi soir une peine de 20 ans de prison et une amende d’un million de dinars avec la confiscation de tous les biens en application des articles 9bis, 9 -1bis, 15bis et 16bis du Code Pénal contre Khalifa Rafik Abdelmoumen, l’ ex :PDG de Khalifa Bank.

Une peine de 10 ans de prison requise, avec confiscation des objets saisis à l’encontre de l’ancien Gouverneur de la Banque d’Algérie Abdelouahab Karaman, en fuite, outre une demande de 5 ans de prison contre son frère, l’ancien ministre Abdennour Karaman et la fille de ce dernier, Yasmine Karaman, avec la confiscation et la saisie de tous leurs biens.

Dans le même contexte, les requêtes du représentant du droit public contre les 11 prévenus restants ont oscillé entre 8 ans et 02 ans de prison ferme ainsi que des amendes allant de 500. 000 et 5 mille dinars, tandis que le représentant du ministère public a demandé un examen judiciaire au droit de chacun des prévenus, dont l’entraîneur de football Ighil Meziane et Ali Aoun, l’ancien PDG de Saidal.

Dans le même ordre d’idée, le représentant du Ministère Public a requis une peine de 8 ans de prison et une amende de 500 000 dinars contre le Directeur Général de la Prévention et de la Sécurité chez Khalifa ‘Chachoua Abdelhafiz’, le directeur de l’Agence BDL de Staoueli, Issiridir Mourad et le directeur de l’agence Khalifa de Blida Kechad Belaid.

Il a également requis une peine de 8 ans de prison et une amende de 50 000 dinars contre le directeur des moyens de Khalifa Bank Chachoua Bedradinne.

En outre, une peine de 5 ans de prison et une amende de 50 000 dinars a été prononcée à l’encontre de Sedrati Messaoud, beau-frère de Abdelmouméne Khalifa avec confiscation et saisies de ses biens ; et une peine de 5 ans et une amende de 20 000 dinars à l’encontre de Foudad Adida, l’ancien directeur de l’Ecole nationale de police à Ain El Benian, une peine de 4 ans de prison et une amende de 50 000 dinars, avec confiscation de toutes les saisies contre l’ancien directeur général de la Caisse nationale des retraites Mehrez Ait Belkacem, et une peine de deux ans d’emprisonnement ferme contre Benhadi Mustapha, directeur d’une société mixte algéro-espagnole, et deux ans d’emprisonnement et une amende de 5 000 dinars contre l’ancien président du Conseil d’Administration de la Caisse de Retraite, Meziane Ali.

Le procureur général a déclaré dans sa plaidoirie que l’empire de Khalifa, qui s’étendait à l’intérieur et à l’extérieur du pays, contrôlait presque toute l’économie du pays, pointant l’existence de vols organisés dans cette banque.

Les violations du système bancaire sont la preuve de la corruption qui s’est produite, ajoutant que la banque Khalifa a été créée dans le but de frauder l’État et de piller l’argent public, et le lancement de la banque, selon lui, était invalide, représenté par les deux contrats falsifiés, tout en déclarant aussi que le réseau mafieux de Khalifa était plus organisé en rejoignant d’autres personnes.

Après le procureur général, et les plaidoiries de la défense qui se sont poursuivies le 1er jour, la séance du matin du 2eme jour était consacrée à la poursuite de l’audition des accusés, et de l’expert-comptable Foufa Abdelhamid, qui est chargé de mener l’expertise de Khalifa Bank après avoir nommé le comptable administratif puis le liquidateur.

La juge Hassiba Rahali a tenu à ce que l’expert- comptable, Abdelhamid Foufa prête serment avant d’entendre son témoignage, tout en ordonnant au greffier d’enregistrer son témoignage, afin d’éviter ce qui s’est passé lors du dernier procès qui s’est déroulé en 2020, car la Cour suprême a accepté le pourvoi en cassation dans l’affaire en raison de l’absence du ‘’ serment’’ de l’expert-comptable et du liquidateur lors de leur audience, ou le président du tribunal a tenté lors de ce procès d’éviter toute caducité judiciaire qui pourrait être la raison d’un nouveau procès de l’affaire qui s’est déroulé il y a déjà 20 ans.

Lors de sa confrontation avec l’expert-comptable, qui évoquait l’enregistrement d’une échappatoire financière de 5 milles milliards de dinars, Khalifa Abdelmoumen s’est interrogé sur le sort des 9 milles milliards de dinars qu’il avait laissés au trésor de la banque avant de quitter l’Algérie pour la Grande-Bretagne.

Il a déclaré que la banque fonctionnait normalement avant de quitter le pays et que l’argent a disparu après cela, s’interrogeant sur le sort de ces fonds. Tous les présents à ce procès attendent les sentences finales qui seront prononcées aujourd’hui au 3e et dernier jour de cet épisode.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email