-- -- -- / -- -- --
Culture

Prix du jury pour Chronique de mon village

Prix du jury pour Chronique de mon village

Le long métrage Chronique de mon village du réalisateur Karim Traidia a reçu le prix du jury de la troisième édition du Festival Cinéma sans frontière de Saïdia au Maroc, dans la soirée
de ce samedi 26 août.

Ecrit et réalisé par Karim Traidia, le film fiction Chroniques de mon village relève de souvenirs d’enfance de son auteur même. C’est dire que cette période sera très marquante qui finira par en faire une œuvre cinématographique. Elle n’est pourtant ni une partie de sa biographie, ni un récit fidèle d’une histoire authentique.

Le réalisateur livre son regard d’enfant, celui qu’il a eu durant l’occupation coloniale dans son village Besbes (actuellement dans la wilaya d’El Tarf), là où l’insouciance de l’enfance est prise dans le piège de la guerre, deux ans avant l’indépendance nationale.

L’un de ces enfants, Bachir (9 ans) Bachir pense que son père Seddik est au maquis, mais celui-ci est considéré comme un père inutile qui a abandonné à son sort sa mère, ses frères et lui. L’enfant rêve alors de devenir fils de chahid (martyr) car les fils de chahid auront tout à l’indépendance. D’autant que son ami Tchitcha affirme que « mon père m’a dit que mon avenir sera après l’indépendance ».

Le réalisateur a lui-même expliqué que son film « effleure la guerre. Je ne la connaissais pas. Je raconte une histoire à partir du regard de l’enfant ». Pour ce cinéaste, le choix s’est porté sur sa propre histoire, affirmant que « si chacun narrait la sienne, il serait possible de raconter la grande histoire algérienne ».

Chroniques de mon village n’est pas non plus un film sur la guerre d’Algérie, plutôt une vue sur la complexité des rapports des uns des autres dans le contexte de la colonisation, aux frontières de l’est algérien.

Il porte également sur les bouleversements vécus par un enfant durant l’indépendance nationale et ses questionnements sur la libération. Sorti en 2015, ce film est une comédie qui donne matière à réflexion, aussi bien sur l’histoire que sur la conception cinématographique.

Il sera primé au troisième Festival Cinéma sans frontière de Saïdia au Maroc, une manifestation initiée par l’association Al Amal pour la cohabitation et le développement, afin de développer, en particulier, la culture du cinéma au niveau local par des projections en plein air.

Le Grand prix de cette est attribué au film hollandais Green Card de la réalisatrice Meryem Crawshopalors. Celui du meilleur réalisateur est revenu à la Marocaine Jihan El Baha pour son film Aux pays des merveilles. Les rêves d’une oasis du réalisateur marocain Aziz Lkhouader a reçu le Prix du meilleur scénario.

Dans la catégorie court métrage, le film Yemma du Marocain Hicham Regragui a remporté le prix du meilleur réalisateur. Le prix du jury est également attribué à Tikitat-A-Soulima du Marocain Ayoub El Youssefi. 

Synopsis
Nous sommes en 1960. Bachir a 9 ans et rêve de devenir fils de chahid (martyr) car les fils de chahid auront tout à l’indépendance. Il met en place un plan qui le débarrassera de son ami François, l’ennemi de son pays et de son père Saddek qui ne lui sert à rien car il les a abandonnés à leur sort, sa mère, ses frères et lui…

Chronique de mon village
Long métrage fiction, 2015
Scénario et réalisation de Karim Traidia
Production de l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel
Photographie : Martin Lewis Soucy
Avec Mouni Boualam, Hassan Kechache

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email