Prévention contre les maladies  : Une pierre angulaire de la Santé  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Prévention contre les maladies  : Une pierre angulaire de la Santé 

Prévention contre les maladies  : Une pierre angulaire de la Santé 

C’est en grande pompe que la direction de la santé et de la population (DSP) de la wilaya de Tizi Ouzou a donné ce dimanche, dans la grande salle des spectacles de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri, le coup d’envoi de la semaine nationale de la prévention contre les maladies. 

A ce rendez-vous éminemment scientifique, qui durera jusqu’au 11 de ce mois, plusieurs interventions de médecins spécialistes ont eu lieu au cours de cette première journée. Dans le discours lu par le Dr Bekri au nom de la DSP, un accent particulier a été mis sur l’importance de la prévention par le dépistage contre les maladies. L’oratrice a commencé par annoncer que la semaine de la prévention sera désormais célébrée tous les ans du 5 au 11 mars, et ce à travers le territoire national. « Il s’agit incontestablement, a poursuivi l’oratrice, d’une démarche des pouvoirs publics, résolument engagés à faire de la prévention un choix stratégique élevé en cause nationale, réaffirmé au plus haut niveau de l’Etat comme pierre angulaire de notre système national de santé (…) ». « Cette année, a encore noté le Dr Bekri, la célébration de la semaine de la prévention, placée sous le thème ‘’La prévention pour une santé, agissons maintenant !’’, et le message subliminal de ce slogan renvoient à la nécessité d’agir dans une démarche concertée, coordonnée et surtout multisectorielle, la santé étant l’affaire de tous, avec la mobilisation des professionnels et des acteurs de la santé d’abord, afin de promouvoir la prévention et la mise en œuvre des différents programmes de santé, l’implication de la population à œuvrer pour préserver la santé (…) ». 

Devant une forte assistance, composée essentiellement de gens de la médecine, le Dr S. Chekroun, qui exerce également ses compétences au niveau de la DSP, est monté à la tribune pour faire un exposé fort explicite sur le thème « Programmes de santé et intérêt de la prévention ». Dans ce sens, le Dr S. Chekroun a avancé des données chiffrées sur les différentes maladies ayant été enregistrées ainsi que sur les cas connus et traités. 

La troisième personne à intervenir a été le Pr N. Zaoui de l’EHS cardiologie de Draâ Ben Khedda, et ce autour de la thématique intitulée « HTA (hypertension artérielle) ». Cet intervenant a affirmé que plus l’hypertension artérielle augmente en degrés, plus le risque d’un AVC (accident cardiovasculaire) augmente. Il a indiqué que 1,39 milliard de cas de HTA sont enregistrés dans le monde et la mortalité est de 7 millions par an. 

Le Pr Zaoui a souligné le positivisme du dépistage, tout en reconnaissant la difficulté de la chose dans la vie quotidienne de l’individu, surtout s’il est loin du monde médical. Ce spécialiste cardiologue a également expliqué les différentes étapes et modes de surveillance par le sujet de son état de cardiologie. Idem concernant les modes de dépistage, lesquels relèvent de la compétence des médecins traitants.

De son côté, le Dr K. Ben Zidane du CLCC (Centre anti-cancer) de Draâ Ben Khedda a développé une thématique intitulée « Prévention des cancers ». L’intervenant, qui a reconnu que le cancer est un véritable problème de santé publique qui constitue une incidence en constante augmentation, a suggéré, comme ses prédécesseurs à la tribune, la prévention et le dépistage précoce, et ce tout en indiquant les cancers les plus mortels ainsi que les facteurs qui en sont les principales causes. 

Cependant, le Dr K. Ben Zidane a avoué que, bien souvent, le diagnostic du cancer se fait tardivement, d’où la difficile mission du médecin à sauver son patient. 

Le Dr F. Saïdi du CHU de Tizi Ouzou, qui a développé la thématique intitulée « Facteurs de risque et cancers », a été sans équivoque. Elle a déclaré qu’à l’horizon 2030, le nombre de cancéreux dans les pays développés atteindra un taux de 75 % des populations, et dans les pays en voie de développement, le taux sera de 93 %. Elle a aussi indiqué que le monde enregistrera 200 millions de décès d’ici à 25 ans. Quant aux pays sous-développés, le Dr F. Saïdi n’en a pas fait référence. 

Enfin, le Pr T. Amrouche de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, a développé une thématique intitulée « Alimentation et santé, bienfaits : équilibre et hygiène ». L’intervenant a mis un accent particulier sur l’intérêt d’un régime alimentaire varié, la pratique sportive et l’évitement des produits reconnus comme nuisibles à la santé tels que la consommation du tabac, de l’alcool, etc. Le Pr T. Amrouche a cité comme exemple deux adolescents de 14 ans, mesurant tous deux 1,65 m. L’un pesait 60 kg, un poids normal pour son âge, et l’autre 85 kg.

L’intervenant a expliqué que le premier assurait des dépenses énergétiques en pratiquant régulièrement une activité physique alors que l’autre non, d’où son obésité. L’obésité peut provoquer des maladies dont le cancer, selon l’intervenant. Celui-ci a expliqué que l’alimentation consommée par l’organisme humain doit être en parfait équilibre avec les dépenses énergétiques. Si l’un dépasse l’autre, cela se répercuté sur la santé de l’individu.

Tout en suggérant la consommation à volonté de fruits de saison et une alimentation variée, composée surtout de légumes verts, le Pr T. Amrouche a indiqué que les maladies d’origine alimentaire causent 1,8 million de décès dans le monde, et 200 millions d’individus dans le monde ont cette maladie d’origine alimentaire. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email