-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Prévenir la maladie pour un traitement efficace

Prévenir la maladie pour un traitement efficace

La Société algérienne des pathologies hypophysaires a organisé, en cette première décade de décembre, son premier congrès de deux jours au Centre international des conférences. La ligne directrice de ces deux journées d’étude s’appuie sur l’impératif de déceler les pathologies de l’hypophyse dès les premiers symptômes de leur apparition.

C’est d’ailleurs ce qu’a souligné le professeur Bouyoucef, président de la Société algérienne des pathologies hypophysaires et chef du service de neurochirurgie de l’hôpital Frantz-Fanon de Blida, en disant : « Nous ne voulons pas que nos confrères nous recommandent des patients atteints, à un stade très avancé, de pathologies hypophysaires avec des dommages irréversibles concernant la vue notamment.

Si nous organisons notre premier congrès, c’est pour sensibiliser nos confrères des différentes spécialités afin qu’ils signalent la maladie dès ses premiers symptômes ».

Le professeur Benyoucef a constaté avec satisfaction une participation massive à ce congrès, et ce bien que sa première journée coïncide avec, vendredi jour de repos hebdomadaire. Le professeur Benyoucef est lui-même intervenu brillamment, dès l’ouverture de ce congrès, avec une contribution ayant pour sujet la chirurgie des tumeurs invasives.

Avec des images convaincantes projetées sur écran, il a mis en lumière les nouvelles facilités de procédure qu’accordent les dernières avancées dans le domaine de la recherche chirurgicale.

Pour lui, la thérapie des pathologies, lorsqu’elle est prise à temps, réduit considérablement les frais et le séjour d’hospitalisation. Ce congrès a d’ailleurs invité de grands spécialistes pour présenter les progrès réalisés actuellement.

C’est ainsi qu’une éminente spécialiste italienne, la Pr A. Colao, a présenté au cours de deux conférences de précieux enseignements sur les résultats actuels de la recherche dans le domaine des pathologies hypophysaires.

Il en est de même des professeurs Charles Valery et Touraine, invités venus de l’hôpital universitaire la Pitié-Salpêtrière de Paris, et dans la partie internationale de ce premier congrès, du Pr Messerer de l’hôpital de Lausanne (Suisse).

Pour que ce congrès ait plus d’audience et d’envergure, il a enregistré la participation, à grande échelle, de spécialistes en leur qualité d’endocrinologue, d’ophtalmologues, de gynécologue, de radiologue, d’oncologue, de radiothérapeute et aussi de généraliste, médecins internistes et étudiants en médecine.

Ils sont venus de nombreux établissements hospitaliers de la capitale, comme celui de Bab El-Oued, de Bologhine, d’El-Harrach, de Beni Messous, de l’hôpital de l’armée à Aïn Naâdja mais également de Constantine, de Blida de Sidi Gheres près de Ténès et de Batna.

Pas moins de soixante-dix sept posters ont été présentés au cours de ce premier congrès, témoignant de l’intensité des travaux et du grand intérêt porté aux voies et moyens pour lutter contre les tumeurs invasives, thème de ces journées d’étude.

Le professeur Benyoucef a mis l’accent sur la nécessité d’un diagnostic précoce et préventif pour éviter les complications graves des pathologies hypophysaires. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email