Présidentielle : le casse-tête des parrainages  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Présidentielle : le casse-tête des parrainages 

Présidentielle : le casse-tête des parrainages 

A dix jours de la date butoir pour le dépôt des dossiers, les 32 candidats déclarés postulant à la candidature pour l’élection présidentielle n’ont pas encore déposé leurs dossiers au niveau de l’Autorité nationale indépendante des élections.

Selon nos informations, aucune personnalité n’a pu réunir les 50 000 signatures ou les 600 signatures des élus, sauf le candidat du MSP, Abdelali Hassani qui, grâce à ses centaines d’élus au sein des APC et des APW, a réussi à boucler le dossier. D’ailleurs, certains candidats ont lancé des appels pour des prolongations, estimant qu’ils trouvent d’énormes difficultés dans la collecte des signatures à travers les régions du pays. La collecte des 50 000 signatures est un véritable parcours du combattant, qui exige des moyens colossaux et surtout une base militante efficace et dynamique à travers, au moins, une trentaine de wilayas. D’où la solution la plus aisée, celle de se rabattre sur les élus qui siègent au niveau des 1 541 communes et les 58 APW. Mais cela n’est guère possible.

C’est le surtout cas de chefs de partis qui n’ont pas participé aux dernières élections locales de 2021. De plus, les grosses cylindrées politiques, comme le FLN et le RND, qui totalisent des milliers d’élus, ont verrouillé complètement toutes les issues, interdisant à leurs élus et militants de signer pour des candidats autres que celui qui est soutenu par leur direction nationale.

S’agissant de nouvelles facilitations revendiquées par les candidats en difficulté dans cette précampagne, l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a indiqué dernièrement, dans un communiqué, que les cellules de légalisation des formulaires de souscription des signatures individuelles, au profit des postulants à la candidature pour l’élection présidentielle, resteront ouvertes tous les jours de la semaine, y compris les vendredis et les jours fériés, de 8 h à 22 h. « Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la facilitation de l’opération de légalisation des formulaires de souscription des signatures individuelles au profit des postulants à la candidature pour l’élection présidentielle du 7 septembre 2024 », précise la même source.

L’ANIE rappelle que le numéro d’identification national (NIN) « n’est pas obligatoire pour renseigner le formulaire de souscription, et l’utilisation de la carte d’identité classique dans l’opération de légalisation reste en vigueur ». « En cas d’oubli de la carte d’électeur lors de la signature du formulaire de souscription individuelle au profit du postulant à la candidature, il est possible de retirer l’attestation d’inscription sur les listes électorales, auprès desdites cellules », a conclu le communiqué.

Par ailleurs, le secrétaire général du RND, Mustapha Yahi, a souligné, depuis Guelma, l’« enjeu de la participation citoyenne à la prochaine élection présidentielle ». Il a affirmé dans ce sens que « le vote est non seulement un droit mais aussi un devoir national », exhortant tous les Algériens à s’engager activement pour « assurer la continuité des réformes et la stabilité du pays ». Le patron du RND a estimé que cette élection est « cruciale pour l’avenir de l’Algérie, symbolisant un engagement envers le progrès, la préservation des acquis sociaux et le renforcement de la démocratie participative ».

De son côté, le premier secrétaire du FFS, Youcef Aouchiche, a souligné, lors de l’installation du conseil de la jeunesse du parti, « l’importance capitale d’impliquer les jeunes dans le projet politique du FFS et de les mobiliser pour la présidentielle de 2024 ».

Lors de son allocution, M. Aouchiche s’est exprimé avec satisfaction sur sa participation à cet événement rassemblant des jeunes militants de toutes les régions du pays. Il a précisé que « ce conseil visait à coordonner et à encadrer les efforts des jeunes du parti pendant la campagne électorale, en capitalisant sur leur énergie, leur ambition et leur espoir pour atteindre efficacement les objectifs électoraux du parti ». Dans ce sens, le premier secrétaire du parti a rappelé que sa formation politique a décidé de participer à l’élection présidentielle dans le but de réinvestir les espaces politiques et de revitaliser le débat public.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email