-- -- -- / -- -- --
Monde

Présidentielle en Tunisie : Indécision sur une élection inédite

Présidentielle en Tunisie : Indécision sur une élection inédite

C’est ce dimanche que les Tunisiens iront voter pour désigner leur futur président lors d’un second tour inattendu et inédit entre deux candidats, dont l’un avait fait campagne depuis sa cellule, et l’autre un indépendant, est un universitaire conservateur.

Entre le très médiatique Nabil Karoui, qui a fait fortune dans la publicité et les médias, appelé le « taulard » pour avoir goûté à la prison sur des soupçons de blanchiment d’argent, et l’universitaire Kaïs Saïed, appelé par les facétieux en Tunisie « super mario », les marges sont très minimes et chacun d’eux a des chances potentielles d’être proclamé nouveau chef de l’Etat tunisien.

Kaïs Saïed, arrivé en tête au premier tour avec 18,4%, et, contre toute attente, Nabil Karoui (15,6%) en position de dauphin vont se disputer les voix de la Tunisie profonde, et une partie des électeurs urbains, après que la plupart des partis ont lancé des mots d’ordre de boycott du second tour, ou des consignes de vote « blanc ». Le mouvement « Tahya Tounes » a indiqué que son conseil a laissé la liberté de choix à ses partisans pour choisir entre les deux candidats.

Quant au parti “Amal Tounes” dirigé par Selma Elloumi, il a appelé ses partisans à voter pour le candidat du parti « kalb Tounes », de Nabil Karoui, au second tour de l’élection présidentielle. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le parti explique les raisons de ce choix par “le programme présenté par le candidat Nabil Karoui, qui donne la priorité à la question économique et sociale et qui veut faire triompher les libertés et les réformes, tout en garantissant les acquis de la société tunisienne avec, notamment, le droit des femmes et la liberté de la presse”. “Amal Tounes” déplore par ailleurs le caractère “flou” du programme de Kais Saïed et dénonce le “danger caractérisé par la ceinture politique qui le soutient”. Le Parti des travailleurs appelle de son côté “à ne pas légitimer un processus électoral entaché de violations et d’ambiguïté, et un futur président qui ne fournit aucune garantie pour l’avenir de la Tunisie et de son peuple”. La présidente du Parti Destourien Libre (PDL) et candidate au premier tour de l’élection présidentielle anticipée, Abir Moussi, a appelé de son côté ses partisans à ne pas voter pour Kaïs Saïed. “Nous avons vu les résultats catastrophiques du premier tour et qui nous laissent face à un choix très, très difficile” dit-elle, affirmant que le choix qu’a fait le parti est en concordance avec ses valeurs et “ses lignes rouges”.

Par ailleurs, le tribunal administratif a rejeté la demande de report du deuxième tour de la présidentielle, déposée par les avocats de Nabil Karoui comme l’a indiqué, vendredi, Imed Ghabri, responsable de la communication du tribunal administratif. En effet, le comité de défense de Karoui avait demandé le report d’une semaine du second tour de la présidentielle afin que le candidat puisse faire campagne. Arrêté le 23 août dernier, il a été libéré dans la soirée de mercredi. Il avait estimé que le délai de 48 h pour faire campagne n’était pas suffisant, réclamant une plus grande égalité des chances. Quoi qu’il en soit, les Tunisiens sont partis pour avoir un nouveau président qui sortira de l’urne, au bout d’une élection qui aura consolidé la démocratie dans un pays qui veut tourner la page et s’ouvrir au monde.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email