-- -- -- / -- -- --
Nationale

Près de 800 000 CD piratés détruits

Près de 800 000 CD piratés détruits

La DGSN s’est lancée dans une guerre contre les personnes portant atteinte aux propriétés intellectuelles. Dans la rue, dans certaines boutiques et même dans les maisons, des livres et des CD contrefaits se vendent à bas prix, et ce au détriment des propriétaires de ces œuvres intellectuelles qui se voient doublement victimes.

La lutte contre les atteintes aux droits d’auteur a été, hier, le thème du forum de la Sûreté nationale organisé dans le cadre de la célébration de la Journée internationale du livre et des droits d’auteur, sur recommandation de l’UNESCO.

Un forum qui a vu la participation d’un panel d’acteurs dont le commissaire de police et directeur des relations publiques à la DGSN, Amer Laâroum, le commissaire de police principal Hassani Fayçal, le directeur général de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (ONDA), Sami Benchikh El Hussein, et des artistes.

Les deux premiers cités ont tenu à souligner, chacun, la gravité du phénomène de la contrefaçon qui, selon eux, a amplement affecté les propriétaires des œuvres intellectuelles, aussi bien sur le plan professionnel que financier.

Sur ce registre, le directeur adjoint de la DGSN a rappelé que la Sûreté nationale ne cesse de lutter contre les multiples formes illégales qui visent à copier les œuvres personnelles à des fins financières.

Le commissaire principal Hassani Fayçal a dévoilé, à cette occasion, que la lutte contre ce fléau a permis la destruction de 748 598 CD contrefaits entre 2014 et 2015 (334 836 en 2014 et 413 762 en 2015), et ce dans le cadre de 436 affaires traitées par les services de police (241 affaires en 2014 contre 195 en 2015).
Selon ce responsable, qui est directeur adjoint des affaires économiques et financières à la police judiciaire (PJ), la lutte contre le phénomène en question doit être menée avec beaucoup de rigueur, car il s’agit d’un vecteur de l’économie nationale.

De son côté, le commissaire Amer Laâroum a déclaré que, suite aux directives du DG de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, qui consistent à mener une lutte sans relâche contre le détournement des œuvres intellectuelles, les brigades spéciales de lutte contre ce phénomène ont agi vigoureusement sur le terrain en délogeant les « pirates » d’œuvres intellectuelles.

« Il s’agit de l’une des politiques économiques du pays du moment que l’Algérie a signé plusieurs accords internationaux dans le cadre de la lutte contre le piratage et la contrefaçon d’œuvres intellectuelles. C’est également un vecteur de développement qui nous oblige à le préserver en recourant aux moyens mobilisés par l’Etat », a expliqué le commissaire Aâmer Laâroum.

Aujourd’hui, des réseaux sont nés, ciblant les œuvres intellectuelles à des fins financières. Vols, atteintes et détournements, voilà ce à quoi les réseaux tentent, à tout prix, d’arriver pour faire fortune. C’est cette fortune, en centaines de milliards de centimes, qui se voit évaporer chez les propriétaires des œuvres intellectuelles. Les victimes se comptent par milliers, faut-il le signaler.

Rien qu’en Algérie, de nombreux artistes, chanteurs comme acteurs, ont été victimes de ce phénomène social.
Pour sa part, le DG de l’ONDA a rappelé l’accord signé avec la DGSN le 21 novembre 2012, grâce auquel un grand pas dans l’élimination des détournements des œuvres intellectuelles a été fait.

« C’est grâce à cet accord conclu entre l’ONDA et la DGSN qu’on a enregistré un net recul des atteintes aux œuvres intellectuelles. Il s’agit d’un travail de terrain que les deux parties ont mené depuis la signature de cet important accord grâce auquel les œuvres des artistes ont été bien protégées dans l’ensemble », a affirmé Sami Benchikh El Hussein.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email