-- -- -- / -- -- --
Nationale

Près de 50 morts dans un attentat suicide au Mali

Près de 50 morts dans un attentat suicide au Mali

Le Mali a été, une nouvelle fois, frappé par un attentat suicide. Après une accalmie de quelques mois, voilà que le Nord du pays renoue avec les actes de violences dans une zone ou sévissent des groupes armés telle que Aqmi.

Un attentat suicide visant des combattants de groupes armés signataires de l’accord de paix au Mali a fait près de 50 morts hier à Gao, principale ville du nord du pays, a indiqué la télévision publique ORTM, citant des sources officielles.

Les combattants, appartenant à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), ou à des groupes armés pro-gouvernementaux, se préparaient pour des patrouilles mixtes prévues par l’accord de paix signé en mai-juin 2015 entre Bamako et ces différents groupes armés.

Ces patrouilles, auxquelles doivent également se joindre des militaires maliens, sont censées préfigurer la refonte d’une armée malienne unitaire. Le président Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé un deuil national de trois jours à la suite de cet attentat, le plus meurtrier de l’histoire récente du Mali, et son ministre de la Défense, Abdoulaye Idrissa Maïga, était attendu sur place.

“Le bilan provisoire est de 47 morts, dont 5 kamikazes, et plusieurs dizaines de blessés”, a annoncé le gouvernement dans un communiqué. Des sources militaires maliennes font état de 53 tués et de 110 blessés. La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a évoqué “des dizaines de morts”, ainsi que “des dizaines de blessés”, précisant que le camp abritait 600 combattants. 

Les victimes de l’attaque suicide comprennent des hommes de la plateforme, des membres du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia). La CMA et la Plateforme « devaient commencer bientôt une patrouille mixte », a-t-elle expliqué. 

L’Algérie a condamné “de la manière la plus ferme” l’attentat suicide, réitérant son engagement pour une application “scrupuleuse et rigoureuse” de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. “Nous condamnons de la manière la plus ferme l’attaque terroriste meurtrière perpétrée ce jour à Gao (Mali)”, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

« En sa qualité de président du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, l’Algérie ne ménagera aucun effort pour l’application scrupuleuse et rigoureuse de toutes les dispositions de cet Accord en coordination avec l’ensemble des acteurs concernés de la communauté internationale et les partenaires maliens », a ajouté la même source.

“Convaincus que la voie du dialogue et de la réconciliation est et reste le seul moyen à même de favoriser une poursuite sereine du processus devant couronner les efforts en cours pour la mise en œuvre de cet Accord, nous réitérons notre rejet de la violence et notre condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations”, a conclu le MAE.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email