-- -- -- / -- -- --
Monde

Près de 200 morts dans des combats entre l’armée et al-Nosra

Près de 200 morts dans des combats entre l’armée et al-Nosra

Près de 200 soldats syriens et jihadistes ont péri en 24 heures lors de la prise de deux bases militaires par la branche d’Al-Qaïda dans le nord-ouest du pays, a rapporté hier l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une officine basée en Grande-Bretagne et proche des rebelles terroristes de l’ASL. Une proximité qui rend, toutefois, ces informations sujettes à caution faute de recoupement.

L’ONG, qui dispose d’un large réseau de militants et de médecins à travers le pays, rapporte également qu’au moins 120 soldats de l’armée arabe syrienne ont été faits prisonniers par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda. Un groupe longtemps soutenus financièrement par le Qatar et logistiquement par la Turquie.

Al-Nosra, appuyé par deux groupes islamistes radicaux, aurait infligé lundi un revers au gouvernement en s’emparant en quelques heures des bases militaires stratégiques de Wadi al-Deif et de Hamidiyé, dans la province d’Idleb, frontalière de la Turquie.
A l’issue de cette attaque, lancée dimanche par Al-Nosra, « au moins 100 soldats et 80 assaillants (jihadistes et islamistes) ont péri dans les combats, les bombardements et à cause des mines posées par les militaires dans les deux camps », a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

Selon lui, au moins 120 soldats ont été fait prisonniers tandis qu’au moins une centaine d’autres ont fui à bord de véhicules et surtout à pied, vers la ville de Morek, dans la province de Hama, au sud de la province d’Idleb. La région d’Idleb serait presque totalement contrôlée par
Al-Nosra.

La télévision syrienne, citant une source militaire, a implicitement reconnu la perte de Wadi Deif. « Les forces armées se sont redéployées ce matin dans la région de Wadi Deif et mènent des combats violents dans celle de Hamidiyé », a-t-elle annoncé.
Sur un autre front, cinq commandants du groupe extrémiste Etat islamique (EI) ont été tués hier dans un raid aérien de l’armée sur la ville de Mayadine, dans l’est de la Syrie, selon l’OSDH.
« Parmi eux figurent deux Tunisiens et un Koweïtien. Ils étaient réunis dans un hôpital de la ville que l’EI avait transformé en caserne », a précisé M. Abdel Rahmane.

Bien que tous deux partagent une idéologie terroriste djihadiste, l’EI et Al-Nosra sont rivaux sur le terrain en Syrie, le premier contrôlant l’est et une large partie du nord du pays, tandis que la branche d’Al-Qaïda est surtout présente dans le nord-ouest.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email