-- -- -- / -- -- --
Nationale

Près de 20 000 nouveaux postes d’enseignement

Près de 20 000 nouveaux postes d’enseignement

Pour mettre fin à la « pénurie » des enseignants, notamment, dans certaines matières, la ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit annonce l’ouverture de près de 20 000 postes budgétaires dans les différents cycles d’enseignement, pour la prochaine rentrée scolaire.

C’est par le biais d’un appel à candidatures inséré dans la presse nationale que le ministère de l’Education nationale procédera au recrutement de 19 262 enseignants pour les trois paliers et dans différentes spécialités, a indiqué, hier, Mme Nouria Benghebrit, lors du forum de la radio nationale.

Il s’agit de 9 012 postes pour l’enseignement primaire dans les trois spécialités (arabe, français et tamazight pour les wilayas dans lesquelles cette langue est enseignée). Pour les établissements de l’enseignement moyen, le ministère recrute 6 850 enseignants dans toutes les matières. Dans le secondaire, le concours est ouvert pour 3 400 postes répartis sur plusieurs matières.

Les licenciés et détenteurs de master LMD (licence master doctorat), et les enseignants contractuels et vacataires sont appelés à participer aux concours de recrutement d’enseignants, qui a lieu le mois en cours. En ce qui concerne ces derniers, la ministre a tenu à rappeler qu’il est impossible de les recruter automatiquement.

« La loi nous interdit le recrutement automatique, les enseignants contractuels sont obligés de passer par le concours de recrutement afin d’avoir un poste de travail », a-t-elle souligné.

En ce qui concerne les examens de l’administration, la ministre fera savoir que ces derniers auront lieu avant la fin de l’année en cours, tandis que les concours pour les chefs d’établissement des trois paliers confondus, ils auront lieu, a-t-elle dit avant la prochaine rentrée scolaire 2015-2016.

Par ailleurs, Mme Benghebrit a insisté sur l’intérêt accordé par son département à la qualité de la formation dispensée à ces enseignants avant l’exercice de leur métier. Dans ce contexte, la ministre a mis l’accent sur l’importance de la formation continue et du recyclage des enseignants, des moyens mis à leur disposition et de leur engagement et leur volonté de perfectionnement.

Elle a appelé les inspecteurs et les enseignants à redynamiser le plan d’action du ministère et faire preuve de professionnalisme, à travers le recours à la formation. Mme Benghebrit a, à cet égard, annoncé un programme de formation « colossal et ambitieux » au profit des enseignants et des inspecteurs dans le cadre de la démarche d’évaluation pédagogique et de professionnalisation au titre de la réforme du secteur.

Dans le but de faire aboutir cette démarche, Mme Benghebrit a affirmé que le ministère de l’Education nationale avait défini deux critères indispensables, à savoir « l’équité et la qualité de l’enseignement ».

En matière de refonte pédagogique, le ministère s’attellera « à améliorer le rendement scolaire à la faveur de l’instauration de nouvelles pratiques pédagogiques, impliquant l’introduction de changements aux contenus scolaires en matière d’organisation, d’application et d’évaluation, en accordant la priorité au cycle primaire », a indiqué la ministre.

Evoquant les préparatifs pour l’organisation des trois examens de fin d’année (Baccalauréat, BEM et fin du cycle primaire), au niveau du ministère de l’Éducation national Mme Benghebrit a assuré qu’ils vont bon train. 600 000 fonctionnaires sont mobilisés pour assurer le bon déroulement des examens.

« Cette année nous avons enregistré un nombre de 853 780 candidats au baccalauréat. Les candidats au BEM 2015 sont au nombre de 542 000. Le nombre des candidats à l’examen de fin du cycle primaire (ex-6e) est de 648 372.

Un protocole d’accord pour la généralisation de la langue amazighe

A l’occasion du 35ème anniversaire du printemps berbère, la ministre de tutelle a souligné qu’un protocole d’accord sera signé ce vendredi, à Ouacif, où la rencontre verra le jumelage de deux établissements scolaires, celui de la ville d’El Khroub (Constantine) et celui des Ouacifs (Tizi-Ouzou). « Tous les efforts nécessaires sont consacrés par la tutelle pour que la langue amazighe dans ses différentes déclinaisons puisse trouver toute sa place au sein de l’éducation nationale ».

« On est prêt à améliorer l’enseignement de la langue Tamazighte et aller vers sa généralisation », a-t-elle déclaré. « Mais malheureusement je constate qu’il y a eu quelque part, effectivement, une petite régression qui ne doit pas être tolérée », a déploré la ministre de tutelle.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email