-- -- -- / -- -- --
Nationale

Près de 150 Algériens fuient vers la Tunisie

Près de 150 Algériens fuient vers la Tunisie

La situation à la frontière est s’envenime en raison du mal-vivre. De plus en plus d’Algériens sont tentés par la révolte. Près de 150 personnes ont franchi ce mercredi 1e Mai la frontière entre l’Algérie et la Tunisie dans une tentative d’attirer l’attention des autorités algériennes sur leur situation qu’elles qualifient de misérable. Les « harraga » ont été interceptés en terre tunisienne par la garde nationale du pays du Jasmin et enfermés (ils l’étaient toujours au moment où nous mettions sous presse vers 17heures -heure algérienne).
Les clandestins s’étaient d’abord réunis tôt le matin à proximité d’un puits mitoyen au niveau de la localité de Safsaf, dans la commune de Aïn Zerga, à une dizaine de kilomètres du poste frontalier le plus proche, Ras Layoun en l’occurrence, avant de décider de passer à l’acte en franchissant la frontière drapés pour la plupart de l’emblème national algérien et scandant des revendications sociales notamment. Les protestataires voulaient ainsi se mettre sous les feux de la rampe. Misère, pauvreté, marginalisation, absence d’opportunités de travail dans une région rugueuse, peu gâtée par Dame nature, sont entre autres des revendications portées par les « harraga d’un jour » qui dénoncent, notamment, le président de l’APC de Aïn Zergua et son équipe, accusés d’avoir manigancé « le couffin du ramadhan » qui, selon leur déclaration, a surtout profité à des personnes non nécessiteuses. Les habitants de la localité située à une trentaine de kilomètres au nord du chef-lieu de wilaya de Tébessa, à l’extrême est, s’élèvent aussi contre le manque enregistré dans la promotion de la formule de construction rurale, seul moyen selon eux de permettre aux habitants de la région de bénéficier d’un logement décent. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email