-- -- -- / -- -- --
Nationale

Premiers jours de la campagne électorale à Béjaïa

Premiers jours de la campagne électorale à Béjaïa

Les représentants des directions de campagne locales des candidats ont été aux abonnés absents durant les deux premiers jours de la campagne électorale pour le scrutin du 12 décembre prochain à Béjaïa. L’hostilité de la population à l’égard de cette élection non désirée est sans doute à l’origine de cette absence des représentants des candidats sur le terrain, même dans les permanences de campagne au chef-lieu de wilaya. Des membres de directoires de campagne de certains candidats ont dû apporter, sous la pression populaire, des démentis quant à leur implication dans la campagne. Les deux premiers jours de la campagne électorale ont été marqués par plusieurs rassemblements anti-élection.

Ces sit-in ont été organisés par plusieurs centaines de personnes devant le portail principal du siège de la wilaya, à Tichy, et devant le siège local de l’Autorité nationale indépendante des élections dans la ville de Béjaïa. A Tichy, un sit-in a été observé hier, devant le siège de la daïra. Des policiers anti-émeute ont été déployés sur les lieux. Trois jeunes manifestants ont été blessés après que les forces de l’ordre eurent tiré avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles au scrutin du 12 décembre. Un sit-in a déjà été organisé samedi en fin de journée devant le siège de la wilaya et un autre dimanche. Les manifestants se sont rendus devant le siège de l’Autorité national indépendante des élections, où ils ont organisé un autre sit-in. Ils ont organisé un nouveau rassemblement sur les lieux avant de se diriger vers la placette Saïd-Mekbel où ils se sont, à nouveau, rassemblés. Les manifestants étaient très hostiles vis-à-vis du pouvoir et de la tenue de l’élection présidentielle.

Ils scandaient : « Dhagui di vgayet ulac el marguez aâleth la campagne mathelidh dhargaz ». Une banderole sur laquelle on pouvait lire « Ulac l’vot, makenche intikhabat » est arborée par les manifestants, qui ont brandi aussi des pancartes hostiles à cette échéance électorale perçue comme « un moyen de maintenir le régime qui a conduit le pays à la dérive ». Tout au long du rassemblement, les manifestants scandaient : « Ya Ali La Pointe, l’Algérie wellat », « Fi B’jaïa makenche el-kachir », « Ulac l’vot ulac », « Eh O ! l’bled bledna n’dirou rayna ulac l’vot », « Dirou el intikhabate fel-imarat », « Dawla madania machi askaria », « Baâouha el khawana baâouha ». Le rassemblement a été renforcé par des centaines de personnes. Pour rappel, deux grandioses marches ont été organisées samedi à Kherrata et à Aokas. Des milliers de personnes y ont participé. A Aokas, des milliers de personnes ont pris part à la marche à laquelle a appelé le comité citoyen local. La manifestation a été marquée par une présence féminine considérable. Les manifestants ont réitéré leur hostilité à l’élection du 12 décembre prochain et ont réaffirmé leur soutien aux détenus, exigeant leur libération.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email