-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pourquoi les ministres du cabinet Ouyahia activent-ils encore ?

Pourquoi les ministres du cabinet Ouyahia activent-ils encore ?

« C’est la véritable cacophonie qui règne au niveau du gouvernement ». C’est en ces termes que les analystes qualifient le cabinet actuel qui aurait dû, selon la Constitution, partir dans le sillage de la démission d’Ahmed Ouyahia.
En effet, nombre de ministres censés être rentrés chez eux car faisant partie de l’ancien gouvernement continuent de diriger « leurs » ministères comme si de rien n’était.
Citons, entre autres, Nouria Benghabrit (Education nationale), Mohamed Aïssa (Affaires religieuses), Mustapha Guitouni (Energie), ou encore Azzedine Mihoubi (Culture) qui poursuivent leurs activités en sortant sur le terrain et en s’exprimant en tant que ministres.
En s’affichant dans les médias lourds, ceux que l’opinion publique désigne d’ex-ministres » assument-ils ces missions avec l’aval de Noureddine Bédoui, nouveau Premier ministre ? Oui certainement, mais toujours est-il que le fait de rejoindre chaque matin leurs bureaux, ces anciens ministres ne s’inscrivent absolument pas dans les lois de la République, particulièrement les articles 95, 98 et 100 de la Constitution. « Le Premier ministre peut présenter au Président de la République la démission du Gouvernement », souligne l’article 100 de la Loi fondamentale qui signifie clairement que lorsque le Premier ministre part c’est tout le Cabinet qui doit suivre. L’article 95 de la Constitution, mais ce cas de figure rappelant qu’en cas de non-approbation du plan d’action du Gouvernement par l’Assemblée populaire nationale, le Premier ministre présente la démission du Gouvernement au Président de la République. « Celui-ci nomme à nouveau un Premier ministre selon les mêmes modalités », est-il énoncé dans la Loi fondamentale du pays. « Le Premier ministre Ahmed Ouyahia étant parti le 11 mars, les ministres n’ont donc plus rien à faire au sein du gouvernement Bedoui qui, lui, est chargé d’en modifier la composante », souligne un enseignant à la faculté de droit d’Alger.
Les constitutionnalistes rappellent le fait qu’en réalité ce sont les secrétaires généraux des ministères qui devront gérer les affaires courantes, en attendant la composition du nouveau gouvernement. Alors pourquoi les ministres sortants continuent-ils à prendre des décisions, donner des instructions et surtout assister à des cérémonies officielles ? Pourquoi Bedoui, un énarque rompu dans les affaires de l’Etat, n’a rien dit à ce sujet sauf l’annonce, hier, que « des consultations » étaient en cours pour la mise sur pied d’une nouvelle équipe gouvernementale ? Existe-t-il un canal décisionnel parallèle qui serait derrière le « maintien informel » en activité des ministres du gouvernement Ouyahia ? En l’absence d’un porte-parole de la « transition », ces questions ne trouveront malheureusement aucun écho

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email