Pourquoi la réussite des JM d’Oran dérange-t-elle tant ? – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Pourquoi la réussite des JM d’Oran dérange-t-elle tant ?

Pourquoi la réussite des JM d’Oran dérange-t-elle tant ?

Il ne fallait surtout pas oublier ses lunettes à la maison. Mais certains l’ont fait. Sciemment. Pour détourner le regard à défaut de ne rien voir. Filippousis (le grand absent mais tellement présent maintenant qu’il est sorti de sa tanière et tire sur tout ce qui bouge) a fait les deux.

« Défaillances » à la pelle et une organisation « désastreuse », c’est, en substance ce qu’on retient de la sortie étrange du sieur Filippousis qui ne lésine pas sur les mots pour démentir son président David Tizzano ainsi que le N°1 du CIO, Thomas Bach, le patron du CIO, qui décernent pour leur part « la note pleine » aux responsables de l’édition oranaise qui, de l’aveu des athlètes eux-mêmes, remportent la palme.

« Heureux » qui comme Fillippousis de n’avoir pas été d’une fête total régal. L’a échappé belle. Il n’était pas là l’infortuné. N’a rien vu. Ne veut rien entendre. A choisi la malhonnêteté pour dire que même s’il n’était pas là, n’a rien vu et ne veut rien entendre, met l’habit de nouvel « ami » de l’Algérie en brisant un drôle de silence.

Aussi assourdissant que la voie choisie pour imposer sa « présence ». Se fait, toute honte bue et ça ne l’honore point, de la publicité gratuite sur le dos d’Oran et de l’Algérie. Se fait connaître d’un public algérien qui ne peut que botter en touche et l’ignore superbement, lui dont les yeux, et surtout le cœur, sont résolument tournés sur ses athlètes qu’il porte à tour de bras vers les cimes (et la récolte soit dit en passant, est appréciée au-delà de toute espérance) des podiums où ils font concurrence à de prestigieuses écoles sportives.

Filippousis (on a retenu le nom et bien), qui n’a pas fait le déplacement de la ville phare de l’Ouest algérien (ce n’est pas le Far West mais bien une escale que les 3000 athlètes et plus, sans parler des officiels et invités de marque, ont en découvert, avec émerveillement, la beauté, l’histoire et un sens de l’hospitalité se faisant rares de nos jours sous bien des cieux) ni n’a assisté (on comprend sa déception pour ne pas dire sa jalousie) à l’exceptionnelle cérémonie d’ouverture qui aura constitué le moment fort d’un évènement qui fait parler.
Fait peut-être jaser (pas dans le sens voulu par ce SG, on ne citera plus son nom) mais donne raison, et c’est l’essentiel, à ses supérieurs, l’Italien Tizzano qui est bien présent et ne manque pas de louer les efforts consentis par tout un pays pour la réussite de joutes qu’il sait les difficultés à mettre en place au sortir d’une pandémie ravageuse. Ses effets désastreux sur la vie quotidienne des nations les plus grandes.

Oran a mis le paquet et accepté de relever le défi. Dans les délais. Dans les règles de l’avis, unanime, tout se déroulant normalement. M. le SG trouve qu’on n’a pas fait assez et qu’il y a même beaucoup à redire.

Pour peu, c’est le carton rouge. Sauf qu’il faut, devrions-nous lui rétorquer, regarder en sa direction. Car il y a maldonne. De la malhonnêteté dans l’air.

Tout le monde ou presque, s’accorde à dire que cette édition « 22 » des JM a fait prendre à l’évènement une nouvelle dimension en mettant (avis aux prochains candidats) la barre un peu haut. Et c’est ce qui semble gêner M. le SG en flagrant délire et qui navigue à contre-sens de son président et même du boss de l’instance morale du sport universel, par la voix de son représentant algérien, Mustapha Berraf qui, évitant les petits détails, louent la qualité de l’organisation contrairement à ces pseudo « « impressions extrêmement négatives chez les membres de la famille méditerranéenne » qui auraient « provoqué de vives réactions ».

Laquelle famille méditerranéenne, concentrée sur le terrain après le super show d’ouverture, contrairement à cette lettre (un concentré de contre-vérités) écrite d’une main aux desseins inavoués.

Pour qui roule le sieur SG dont la sortie médiatique renseigne sur l’intention de nuire. Plus négativistes tu meurs. Pas innocent pour un sou. Plus que surprenants, le ton et les termes employés dans le torchon accouché par un personnage frisant le haineux, sont heureusement démentis (en attendant une vive réaction des officiels algériens qui ne saurait tarder), par les félicitations plus que chaleureuses du tandem Tizzano- Bach qui disent leur « reconnaissance pour l’accueil réservé par le peuple algérien et son attachement aux JM ».

Conclusion d’importance en guise de démenti, Tizzano, et il ne se cache pas de reconnaître les mérites de l’Algérie, souligne que « le peuple méditerranéen est heureux de revivre la joie des joutes après la période de pandémie qui a frappé le monde, dans une ambiance festive de paix et de fraternité. » Clair, net et précis. Les chiens peuvent aboyer, la caravane suit son chemin.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email