-- -- -- / -- -- --
Sports

Pourquoi Christian Gourcuff veut partir

Pourquoi Christian Gourcuff veut partir

Christian Gourcuff : « Je ne vais pas aller au conflit juridique. Ou on trouve un accord amiable, ou je respecte mon contrat. » Même s’il n’a pas démissionné comme l’affirmait jeudi matin une partie de la presse algérienne, Christian Gourcuff confirme sa volonté de mettre fin à une aventure entamée au printemps 2014.

Il s’en explique ici. « Non, je n’ai pas démissionné, affirmait Christian Gourcuff jeudi midi en réponse à la presse algérienne. Il n’y a rien de nouveau depuis des mois. Après, c’est un secret de polichinelle que je veuille partir ». « L’environnement » en cause. Retour en novembre. L’ancien entraîneur du FC Lorient demande sa liberté à Mohamed Raouraoua, le président de la fédération algérienne. Sans doute sous l’influence des cadres de la sélection algérienne, qui semblent en phase avec le successeur de Vahid Halilhodzic, le président refuse de casser le contrat de son sélectionneur. Gourcuff reste donc, sans perdre sa motivation au moment des rassemblements de son équipe. « Avec les joueurs, ça se passe super bien. Ce sont des bons mecs. C’est aussi pour cela que je suis toujours là », confirme-t-il. Sportivement, le soleil brille également sur la relation Gourcuff-Algérie, puisque la sélection survole son groupe éliminatoire -plutôt faible il est vrai- pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. Alors pourquoi ? Christian Gourcuff réfute que des offres de clubs de L1 soient à l’origine de son désir de tourner la page algérienne. Il évoque, sans vouloir détailler, « l’environnement » du foot algérien, au chapitre duquel des relations notoirement difficiles avec la presse locale. Il constate aussi « le décalage » entre le projet initial, qui était de le voir piloter la direction technique du football algérien depuis Alger et les difficultés à y parvenir, qui ont guidé son choix de vivre en Bretagne à l’exception des rassemblements de son équipe. Dès dimanche, le Breton s’envolera pourtant de nouveau pour Alger, avec la volonté de convaincre son président de le libérer. « On est presque qualifié pour la CAN, il reste deux mois avant le prochain match et il restera deux ans au nouveau sélectionneur pour préparer la Coupe du monde… Et pour moi, pour trouver quelque chose, c’est le moment aussi ». « On trouve un accord ou je respecte mon contrat » Aucun élément nouveau n’étant intervenu depuis l’automne, le Breton n’exclut pas de voir le président Raouraoua camper sur son refus. Ce qu’il ferait alors ? « Je ne vais pas aller au conflit juridique. Ou on trouve un accord amiable, ou je respecte mon contrat. Je suis un peu dans la même situation que quand Féry est arrivé à Lorient. Il me restait un an de contrat et je voulais partir, mais Le Roch (l’ancien président) n’a pas voulu me libérer. Je suis resté et, ensuite, j’ai prolongé ». Pas sûr tout de même que l’histoire se termine de la même façon cette fois.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email