-- -- -- / -- -- --
Culture

Pour une conversion en espace culturel

Pour une conversion en espace culturel

Lors d’une conférence sur les Arènes d’Oran d’hier à aujourd’hui, ce samedi 20 mai, à l’Institut Cervantès, les participants ont recommandé la conversion de cette bâtisse en lieu de formation et d’animation artistique.

Initiée par l’association locale Les Nomades algériens, en partenariat avec l’institut Cervantès d’Oran, la rencontre portera avant tout sur la présentation des Arènes de la capitale de l’Ouest entre passé et présent.

Rencontre qui sera animée par des universitaires dont des architectes. La ville d’Oran sera un centre pour la corrida durant la saison de la tauromachie, soit entre les premières semaines printanières et le mois de novembre.

Ces arènes sont uniques dans le genre à l’échelle du continent africain. Construites en 1908 par les Espagnols venus occuper l’Oranie durant la période coloniale, elles ont une architecture proche de celles retrouvées à Nîmes en France et dans certaines villes d’Espagne.

Elles ont accueilli les matadors les plus célèbres de l’époque. Fermées et interdites au public en raison d’une menace d’écroulement, ces arènes jouissent d’une telle acoustique que les artistes n’ont besoin ni de sonorisation ni de playbacks, s’ils venaient à produire leur spectacle.

Si ces arènes font actuellement l’objet d’une restauration, elles pourraient être converties en espaces de formation et d’animation, dédiés aux différents arts du spectacle comme la musique, le théâtre, la chorégraphie et le cinéma.

Telles sont les vives recommandations des participants à la conférence sur ce site implanté à Haï Mahieddine (ex-Eckmühl) dans la ville d’Oran. Site dont « la vocation culturelle est à même de redonner une seconde vie à cette structure », selon les animateurs de cette rencontre, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Pour l’enseignant Lotfi Benamar du département d’architecture de l’Université Mohamed-Boudiaf des sciences et de la technologie d’Oran (USTO-MB), il y a nécessité de donner une nouvelle vocation aux Arènes, qui soit en rapport avec le monde de la culture, la proposition émise en ce sens vise à la préservation du site considéré, « car nous avons une responsabilité à l’égard des lieux témoins de notre histoire ».

Cette insistance à sauvegarder ce site et en faire un lieu culturel rentable converge avec celle de deux autres universitaires du même département, Malika Kasmi et Leila Neil.

La vision de ces architectes porte également sur « la couverture du site par la construction d’une terrasse panoramique dans un objectif à la fois esthétique et acoustique ».

Ils ont dans ce sens préconisé l’exploitation de cette bâtisse pour la programmation d’activités qui correspondent à « nos valeurs culturelles et identitaires ». De forme circulaire de plus de 200m de diamètre, les Arènes d’Oran ont une hauteur d’une douzaine de mètres. Construites en pierres, elles sont rehaussées par des gradins en béton. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email