-- -- -- / -- -- --
Culture

Pour une bibliothèque nationale d’histoire

Pour une bibliothèque nationale d’histoire

Avant de clôturer les travaux du troisième colloque international sur Les amis de la révolution algérienne (1954-1962) : positions et écrits, hier, mercredi 26 novembre, à Mostaganem, les participants ont plaidé pour la création d’une bibliothèque nationale d’histoire sur la guerre de libération nationale.

Initié par le laboratoire des études linguistiques et littéraires d’Algérie de l’université de Mostaganem, en collaboration avec la direction des moudjahidine, dans le contexte de la célébration du 60e anniversaire du déclenchement de la révolution de novembre 1954, le colloque de deux jours accueilli des chercheurs et d’universitaires de Libye, de Tunisie, d’Irak, de Jordanie, de France et d’Algérie.

L’objectif est de mettre en évidence différents écrits soutenant la cause nationale et la révolution algérienne tout en rendant hommage à ceux qui ont combattu et résisté à l’occupation française.

Cette rencontre repose principalement sur trois axes : Des témoignages d’amis de la révolution algérienne, des écrits de personnalités soutenant la guerre de libération nationale et les amis de la révolution dans les écrits algériens.

Au sujet de l’importance de la création d’une bibliothèque nationale d’histoire sur la guerre de libération nationale, le Dr Djillali Benyachou de l’université de Mostaganem a mis notamment l’accent sur la collecte des discours politiques arabes et algériens donnés lors de cette période, des articles de presse algérienne, arabe et mondiale traitant de la guerre de libération, avec la collaboration des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de l’Education nationale, de la Culture et des Moudjahidine.

De son côté, le Dr Ahcene Bechani de l’Ecole nationale supérieure des sciences politiques d’Alger a insisté sur l’écriture de mémoires et de témoignages vivants des moudjahidine pour enrichir l’histoire et la préservation de la mémoire collective.

Quant à Salah Mohamed Ardini, professeur de l’université de Moussoul en Irak, il a rendu un hommage à la révolution algérienne qui a tracé la voie pour la libération de plusieurs Etats et donné un exemple de résistance et de combat. Le professeur a suggéré d’inclure cette révolution dans les programmes arabes d’enseignement et de réaliser un grand film historique pour faire connaître aux générations futures la grandeur de cette révolution.

Nombre de communications sont au programme de ce colloque, notamment « Henri Alleug et témoignages sur la guerre de libération » ; des contributions de Frantz Fanon sur la révolution algérienne, de l’image de la révolution dans la littérature arabe et de la révolution algérienne dans la littérature jordanienne. La bibliothèque souhaitée par les participants constituera un fonds d’archives au profit de chercheurs et des étudiants de lettres, d’histoire et des sciences humaines, qui rassemblera les écrits de moudjahidine (mémoires, témoignages, etc.) et les ouvrages ayant traité de la guerre de libération nationale. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email