Porter la voix de l’Afrique au Conseil de sécurité de l’ONU : L’engagement ferme de l’Algérie – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Porter la voix de l’Afrique au Conseil de sécurité de l’ONU : L’engagement ferme de l’Algérie

Porter la voix de l’Afrique au Conseil de sécurité de l’ONU : L’engagement ferme de l’Algérie
Le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Attaf.

L’Algérie ne ménagera aucun effort pour faire entendre la voix africaine au sein du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), qu’elle rejoindra en tant que membre non-permanent à partir de janvier prochain. C’est ce qu’a assuré le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, à New York.

Le ferme engagement pris par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, que « l’Algérie ne ménagera aucun effort pour renforcer la voix africaine au sein du Conseil de sécurité de l’ONU a été souligné par le chef de la diplomatie algérienne dans une allocution prononcée samedi à New York, lors d’une réunion ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA). Cette réunion avait pour thème : Garantir un financement durable et permanent aux opérations de maintien de la paix relevant de l’organisation continentale », a indiqué, hier, un communiqué du ministère.

Ahmed Attaf a, également, affirmé l’engagement de l’Algérie à « refléter fidèlement les vues, les préoccupations et les aspirations de notre continent au sein de cet organe majeur des Nations unies ». Le ministre a ajouté que « c’est très bénéfique pour nous qui nous préparons à assumer la responsabilité de servir l’Afrique et d’honorer le mandat que nous avons aimablement reçu de notre organisation continentale, l’Union africaine», enchainant que « nous nous engageons à être à la hauteur de la confiance qui nous a été accordée ».

Le chef de la diplomatie algérienne a souligné, dans ce sillage, que « nous serons plus qu’honorés de le faire, en comptant sur les efforts sincères et les progrès remarquables accomplis par nos chers frères et sœurs du Ghana, du Gabon et du Mozambique, les membres africains actuels du Conseil de sécurité qui ont si bien défendu nos causes communes ».

En outre, il a mis en exergue « le besoin urgent de faire entendre la voix africaine, sage et engagée, dans le contexte mondial actuel pour passer outre les divisions et surmonter l’état de polarisation qui altère l’efficacité du Conseil de sécurité onusien dans le traitement des menaces croissantes sur la paix et la sécurité internationales ».

Dans ce cadre, M. Attaf a affirmé que l’Algérie demeure constamment attachée au principe « Aux problèmes africains, une solution africaine », un principe qui reflète l’essence même du débat autour du financement des opérations de soutien de la paix, conduites par l’UA.

Le ministre a, aussi, mis en avant « le droit de l’Afrique à bénéficier des ressources de l’ONU en vue de financer ses efforts et ses démarches en matière de sécurité et de paix », indiquant, dans le même contexte, que la réalisation de cet objectif est à même d’alléger le poids des pressions accrues sur les opérations de maintien de la paix relevant de l’ONU, tout en assurant des réponses effectives et efficaces aux défis complexes auxquels sont confrontés les Etats et les peuples du continent africain.

« Nous pensons également que le système de sécurité collective gagnera en efficacité et en efficience en adoptant ce changement fondamental attendu depuis longtemps » a-t-il souligné.

Au terme de son allocution, il a déclaré : « Je souhaite à nos frères et sœurs africains du Conseil de sécurité beaucoup de succès alors qu’ils s’engagent dans des négociations de fond pour faire avancer ce dossier ». A cet effet, il a réitéré une fois de plus le « soutien total de l’Algérie à cette entreprise novatrice, créative et enrichissante ».

L’Algérie a été conviée à la réunion du CPS de l’UA dans le cadre de sa prochaine adhésion au Conseil de sécurité de l’ONU en tant qu’un des trois membres africains de ce conseil. La tenue de cette réunion ministérielle s’inscrit dans le cadre des démarches entreprises de façon collective par les pays africains pour la promulgation d’une décision du Conseil de sécurité onusien permettant le financement des opérations de soutien de la paix, menées sous l’égide de l’organisation continentale, à partir des contributions fixées par l’ONU.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email