-- -- -- / -- -- --
Nationale

Port de l’emblème Amazigh: Nabil Fetissi libéré !

Port de l’emblème Amazigh: Nabil Fetissi libéré !

Le tribunal de première instance d’Annaba a libéré ce jeudi
Nabil Fetissi, accusé “d’atteinte à l’intégrité territoriale” pour avoir brandi lors du 20eme vendredi de protestation populaire
contre le système politique en place l’emblème culturel amazigh. Pour rappel, le ministère public avait requis lundi dernier 10 ans de
prison ferme et d’ une amende de 20 millions de centimes contre le prévenu.
Le réquisitoire et la demande du procureur de la république réclamant la condamnation du prévenu à une lourde peine de prison, dont plusieurs avocats du barreau nationale et des citoyens du hirak qui avaient assisté au procès, avaient scandalisé tout le monde.
Finalement la juge qui a présidé l’audience de ce jeudi a qualifié les actes reprochés contre Nabil Fetissi comme nuls et non avenus et l’accusé a été libéré au grand bonheur de sa famille qui était venue l’attendre aux porte de la prison d’Annaba-ville. Nabil Fetissi, 41 ans, un citoyen de Bejaia, a été arrêté le 5 juillet sur le Cours de la Révolution brandissant l’emblème amazigh avec le drapeau algérien.
Peintre en bâtiment, il est venu à Annaba il y a 18 mois avec son
frère suite à un contrat avec un entrepreneur local.
Selon des sources judicaire, le requisitoire du procureur
de la république était motivée par les dispositions de l’article 79 du cpde penal qui stipule que  « quiconque, hors les cas prévus aux articles 77 et 78, a entrepris, par quelques moyens que ce soit, de porter atteinte à l’intégrité nationale, est puni d’un emprisonnement d’une durée d’un à dix ans et d’une amende de trois mille à soixante dix mille. Il peut en outre être privé des droits visés à l’article 14 du présent code ». 
Devant la porte de prison d’Annaba-ville, c’est la joie. Plusieurs centaines de militants du hirak attendaient la sortie de Nabil Fetissi. A la salle d’audience tout le monde a applaudit le verdict de la juge. A noter que 12 avocats du territoire national, non sans oublier la veuve de Matoub Lounes et des militants des droits de l’homme , sont venus défendre et soutenir le jeune bougiote.
Nabil Chaoui

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email