-- -- -- / -- -- --
Monde

Poroshensko et le “bakchich” pour rencontrer Trump

Poroshensko et le “bakchich” pour rencontrer Trump

Décrocher une audience avec le Président américain Donald Trump avec une photo à la clef immortalisant une poignée de main est un show médiatique payant.
Quelque 20 minutes de cette prestation de service couteraient la bagatelle de 600 000 dollars. Une mise en scène savamment préparée par des « fixeurs » agissant en concert avec les services de protocole du bureau ovale.
C’est du moins ce qu’aurait versé le Président ukrainien Piotr Porochenko pour s’assoir en face du locataire de la Maison Blanche.
La mise en scène consistait en un tête- à-tête dans le bureau présidentiel, suivi d’une poignée de main et un discours moralisateur de Trump. Un reportage de la chaine britannique BBC, diffusé récemment, a levé le voile sur ce rendez-vous payant organisé vraisemblablement à l’insu du président américain et dont le scenario a été monté par un avocat véreux, Michael Cohen, cité dans plusieurs scandales.
A Kiev, on qualifie cette information de farfelue, mais pour la BBC le recours à l’avocat intermédiaire qui est également proche de Trump est fondé.
Michael Cohen, l’avocat de longue date du président américain qui a empoché les 400 000 dollars contre une rencontre entre son boss et Porochenko. Il a été signalé que le payement a été effectué indirectement par le truchement d’une organisation caritative juive aux Etats Unis.
Le représentant de la rédaction de la chaine britannique à Kiev a confirmé cette information ainsi que le correspondant de la BBC à Washington Paul Wood.
Certaines sources font état d’un bakchich de plus de 600 000 dollars qui sont allés dans la poche de M.Cohen. Si la formation est confirmée par voie justice, l’acte serait considéré comme une violation légale compte tenu du fait que Cohen n’était pas enregistré en tant que représentant de l’Ukraine tel que l’exige la législation américaine. Trump avait accueilli Porochenko à la Maison Blanche en juin 2017. Cette rencontre était passée inaperçue tant les officiels à Kiev n’avaient pas réussi à mobiliser les chaînes officielles pour la couverture de la rencontre. Selon la BBC, Porochenko souhaitait un « sommet » qui pourrait être présenté comme « des discussions en tête-à-tête » avec Trump, mais ses lobbyistes et l’ambassade ukrainienne à Washington ne pouvaient pas faire mieux qu’une brève séance photo avec le chef de l’Etat américain.
Pour se rattraper, Porochenko demanda à l’un de ses anciens collaborateurs d’établir un canal de retour avec la Maison Blanche par l’intermédiaire de Michael Cohen, qui avait des liens avec un parlementaire ukrainien.


Michael Cohen sous l’oeil de la justice

Contre ce service, Cohen aurait demandé à Poroshenko de mettre fin à une enquête gouvernementale ayant visé le directeur de campagne de Trump, Paul Manafort, accusé d’avoir obtenu des millions de dollars des intérêts pro-russes en Ukraine. Des sources médiatiques ont indiqué que Porochenko a cédé au désidérata de Cohen à son retour en Ukraine en amenant l’agence anti-corruption de son pays à enterrer l’enquête. Rien de tout cela n’est confirmé par voix officielle. Le service de presse de Porochenko a qualifié le reportage de la BBC de « mensonge flagrant, calomnie et faux ». Toutefois, la BBC persiste que Cohen est l’homme qui a tout orchestré pour concrétiser ce mini-sommet à la demande des Ukrainiens. Pour les analystes, une telle rencontre équivaut à un appui américain directe et sans équivoque qui renforcerait le pouvoir de Poroshenko à l’intérieur et notamment à l’égard de la Russie. 

Un avocat qui étouffe des scandales
Le titre officiel de Cohen dans l’organisation Trump, qu’il a quitté après l’élection de 2016 pour continuer à conseiller Trump à titre personnel, était vice-président exécutif et conseiller spécial de Trump. Il est dans le viseur de la justice américain pour avoir étouffé plusieurs scandales sexuels gênants pour son client devenu président. En avril, les bureaux de Michael Cohen ont été perquisitionnés par la justice américaine.
Les services du procureur fédéral de Manhattan, Geoffrey Berman, avaient révélé alors qu’ils surveillaient depuis plusieurs mois les différentes messageries électroniques de Michael Cohen. Cette surveillance menée dans le cadre d’une « enquête criminelle » a mis en évidence que l’avocat « n’effectuait aucun travail juridique ». Les enquêteurs le soupçonnent d’infractions « essentiellement centrées sur ses affaires personnelles ».
Des documents fiscaux, d’affaires et des messages électroniques, y compris la correspondance aves D.Trump ont été collectés par la justice.


Mikhail Pogrebinski

En 2011, cet avocat véreux et zélé avait déclaré avec fierté que : « si quelqu’un fait quelque chose que M. Trump n’aime pas, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour le résoudre au profit de M. Trump ».
Aux yeux de Cohen, il s’agit de résoudre le problème y compris par des moyens répréhensibles, ce qui renseigne sur la qualité de l’appui vers lequel s’est tourné le président ukrainien pour redorer son blason.
La popularité de P.Porochenko, aux yeux de l’élite américaine est égale à zéro. Il est inconnu au sein de l’opinion publique américaine et en Occident tout comme les sondages en Ukraine le placent au plus bas. Selon un sondage réalisé par l’Institut international de sociologie de Kiev (KIIS), seuls 9,5 % des personnes interrogées font confiance à leur gouvernement. Dans le même temps, en tête du sondage arrivent entre autres l’Église (56,7 % des sondés) et les associations à caractère sociale (37 %). Ces chiffres ont été une douche froide pour l’administration de Piotr Porochenko qui est désavoué la majorité des Ukrainiens (72,8 %).
Le politologue ukrainien Mikhail Pogrebinski estime que la popularité Porochenko est au bas de l’échelle. « A peu près 80% des citoyens ukrainiens n’ont pas confiance à lui », a-t-il souligné. C’est ainsi que le président ukrainien est en quête d’un appui « fort » de Washington pour maintenir son pouvoir sur le plan car son plus grand ennemi est le font intérieur, selon de nombreux analystes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email