-- -- -- / -- -- --
Nationale

Plusieurs décès de nouveaux-nés dans les hôpitaux à Annaba

Plusieurs décès de nouveaux-nés dans les hôpitaux à Annaba

La grève des médecins résidents dégénère et le citoyen lambda commence à se poser des questions. A qui profite cette grève alors que la tutelle est prête à toutes les discussions ?

Au service de gynécologie obstétrique du centre hospitalo-universitaire d’Annaba, il ne se passe pas un jour sans qu’on n’enregistre des complications concernant les nouveau-nés, voire des décès. Trois nouveaux-nés sont décédés pour absence d’intervention médicale spécialisée.

La psychose s’installe chez les femmes dont l’accouchement est imminent. Pour les familles aisées, on se rue vers les cliniques privées dont la prise en charge d’un accouchement coûte une fortune pour le couple mal nanti. « C’est scandaleux, hurlent des pères de familles rencontrés aux abords du CHU d’Annaba (…) Il faut que le gouvernement prenne des décisions sinon on va vers la catastrophe. » Côté CAMRA, Collectif Automne des Médecins Résidents Algériens, un de ses représentants à Annaba, le Docteur Righi, a déclaré à la presse concernant le décès de nouveaux-nés : « Ces décès ne sont pas si rares que cela (…) il peut n’y avoir aucun mort, comme il se peut qu’il y ait plus de trois décès de nouveaux-nés lors d’une seule garde.

On ne peut donc pas parler de négligence, du moins pas encore. » Et d’ajouter : « Même s’il s’avère que l’un ou les trois décès sont dus à une négligence, cela ne peut être imputé aux médecins résidents, qui ne sont en réalité que des étudiants en formation. » Il faut signaler que le ministère de la Santé a appelé plusieurs fois les résidents en sciences médicales en grève à la « retenue et à la sagesse » tout en les invitant « au dialogue ». Dans un communiqué, le ministère de la Santé accuse que la « grève des médecins résidents est en violation totale de tous les textes législatifs et réglementaires et du code de déontologie et de l’éthique médicale en vigueur en la matière ». Pour le moment, la situation dans les secteurs des hôpitaux publics est au pourrissement et les cliniques privées affichent « complet » pour certains cas médicaux.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email