-- -- -- / -- -- --
Nationale

Plusieurs APC paralysées : Un taux de suivi de 75 % à l’échelle nationale

Plusieurs APC paralysées : Un taux de suivi de 75 %  à l’échelle nationale

Comme prévu, les travailleurs communaux affiliés au SNAPAP sont entrés en débrayage hier. La grève cyclique d’une semaine, qui s’étalera jusqu’au 21 janvier, est suivie à 75 %, selon le président de la Fédération nationale du secteur des communes, Kamel Bahatt.

Un large suivi a été noté dans deux wilayas, notamment Béjaïa avec un taux de 100 %, selon Kamel Bahatt. Tous les services des APC sont paralysés dans cette wilaya, selon ses dires. « Le mouvement a réussi à mobiliser 75 % des travailleurs communaux à travers le territoire national », a-t-il indiqué.

Un taux qu’il estime encourageant. La grève a été différemment suivie dans les autres wilayas, citant, entre autres, la wilaya de Tizi Ouzou avec 80 %, Alger et Bouira 50 % et Ghardaïa 35 %. Le président de ladite fédération a précisé que le conseil national a décidé de poursuivre la contestation par des grèves cycliques. Il a ainsi appelé tous les travailleurs à observer une semaine de débrayage chaque mois.

Selon M. Bahatt, « la situation qui prévaut dans le secteur des communes est catastrophique : érosion du pouvoir d’achat, cherté de la vie, absence d’augmentation des salaires, atteintes aux libertés syndicales, précarité de l’emploi à cause du recours abusif au recrutement précaire dans le cadre du préemploi, emploi de jeunes, etc. ».

M. Bahatt a fait savoir que « la plate-forme de revendications du syndicat n’est toujours pas prise en charge et les pouvoirs publics ne veulent pas ouvrir le dialogue. Ils continuent à faire la sourde oreille malgré les cris de détresse des travailleurs, lesquels sont désemparés face à des conditions socioéconomiques de plus en plus difficiles ». 

Concernant les revendications, la plate-forme défendue par la fédération s’articule autour de plusieurs points relatifs notamment à « la refonte du statut général de la fonction publique et des statuts particuliers de tous les corps des communes », à « la défense du libre exercice du droit syndical » mais aussi « au rejet du nouveau code du travail pour sa non-conformité avec les conventions du Bureau international du travail ».

L’autre point mis en exergue concerne la réintégration de l’ensemble des travailleurs contractuels et vacataires, notamment ceux ayant des contrats de préemploi et ceux du filet social. Les travailleurs communaux appellent également à la « révision du régime indemnitaire ainsi qu’à l’augmentation de l’allocation familiale à 2 000 dinars et de l’indemnité de la femme au foyer à 8 000 DA. 

Les travailleurs communaux plaident aussi pour l’application de l’indemnité des agents de l’état civil, et ce « avec effet rétroactif à compter du 1er janvier 2008, comme le stipule l’article 85 du décret exécutif n°11/334 du 20 septembre 2011 ». La fédération appelle à la prise en compte de l’indemnité du zoning dans le Sud et le Grand Sud ainsi qu’à l’élargissement de la prime de souveraineté au secteur des communes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email