Plus de vingt civils tués dans une attaque au Mali – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Plus de vingt civils tués dans une attaque au Mali

Plus de vingt civils tués dans une attaque au Mali

Plus de vingt personnes ont été tuées dans une attaque au centre du Mali lundi dernier.

Deux responsables locaux ont attribué cette tragédie aux terroristes actifs dans la région, l’un des foyers de la violence au Sahel.

Situé à quelques dizaines de kilomètres de Bandiagara, dans la région dogon, le village de Djiguibombo a été le lieu de cette attaque meurtrière. Selon les informations fournies par les deux responsables du gouvernorat, au moins 21 civils ont perdu la vie. La situation sécuritaire précaire a empêché les autorités de se rendre sur place immédiatement.

« Au moins 21 civils ont été tués » dans le village de Djiguibombo, à quelques dizaines de kilomètres de Bandiagara, en pays dogon, a indiqué hier l’un de ces responsables. Il a attribué l’attaque à des terroristes.
Depuis 2012, le Mali est confronté à une crise sécuritaire complexe. D’une part, des mouvements séparatistes de l’Azawad revendiquent leur indépendance, tandis que d’autre part, des groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda et à Daïch mènent des attaques dans le nord et le centre du pays.

Ces derniers mois, les attaques terroristes se sont multipliées, mettant en péril la stabilité politique du pays.

Les forces armées maliennes (Fama) sont débordées, incapables de faire face efficacement aux groupes terroristes sur plusieurs fronts.
En août 2023, le blocus de la ville de Tombouctou a commencé, isolant la ville du reste du monde.

Tombouctou, occupée par les groupes armés en 2012, est devenue un exemple de la barbarie des groupes terroristes.
Les routes d’accès à la ville sont régulièrement attaquées, tant par voie terrestre que fluviale.

Le 7 septembre 2023, trois roquettes ont touché un bateau de transport de passagers, causant la mort de plus de 60 personnes, un acte revendiqué par le Groupe du soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaïda.

Depuis 2022, les attaques terroristes ont également visé les civils, ainsi que le cœur du pouvoir malien.

En juillet 2022, à Kati (à 15 km de Bamako), une voiture piégée a explosé près du camp militaire où réside le président du Mali. Les terroristes ont été rapidement neutralisés.

Ces groupes armés renforcent leur arsenal en récupérant du matériel militaire de l’armée malienne à chaque attaque.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email