-- -- -- / -- -- --
Monde Amériques

Plus de la moitié de Rio de Janeiro contrôlée par des milices

Plus de la moitié de Rio de Janeiro contrôlée par des milices

Semant terreur et désolation dans des quartiers populaires où vivent près de 2,2 millions de Brésiliens, les milices parapolicières contrôlent plus de la moitié du territoire de Rio de Janeiro.

La mainmise de ces groupes criminels extrêmement violents qui pratiquent tous types d’extorsions s’étendait en 2019 à 57,5% de la surface totale de la ville, dans 41 quartiers où vivent près d’un tiers de la population (33,1%), révèle une étude publiée lundi.

Cette étude inédite, fruit d’un partenariat entre le Groupe d’Etude sur les nouvelles illégalités (Gini) de l’Université fédérale Fluminense (UFF), un groupe d’Etudes sur la Violence (NEV) de l’Université de Sao Paulo (USP), avec la collaboration des plateformes digitales Fogo Cruzado et Pista News, montre une « Carte des Groupes armés » sur laquelle les milices ont largement pris le dessus sur les groupes de narcotrafiquants.

Sur la carte, les milices occupent toute la partie ouest de Rio, où elles sont nées, mais elles sont aussi de plus en plus visibles dans le Nord, zone traditionnellement sous le joug des narcos qui dominent les favelas.

Composées pour la plupart d’anciens membres de forces de l’ordre, les milices sont apparues dans un premier temps comme une alternative à la police pour lutter contre le trafic de drogue; mais elles se sont vite organisées comme des mafias, avec des systèmes sophistiqués d’extorsion, contrôlant des services comme la distribution du gaz, de l’internet, les transports locaux ou la télévision par câble.

Des milices ont même commencé récemment à accaparer des terrains illégalement pour y bâtir des logements populaires sans permis de construire.

Deux de ces immeubles se sont effondrés en avril 2019, faisant plus de 20 morts.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email