-- -- -- / -- -- --
Nationale

Plus de 50% des retraités ont moins de 60 ans

Plus de 50% des retraités ont moins de 60 ans

Près de 890 000 retraités sont des bénéficiaires de retraite alors qu’ils n’ont pas atteint l’âge de 60 ans, selon un rapport du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale qui a pris en compte le bilan cumulé de l’application du dispositif 97-13, entre 1997 et 1916.

Ces pensionnés représentent 52 % du nombre total de pensions de retraite directes servies par le système national de retraite, avec une charge financière annuelle de plus de 405 milliards de dinars, précise le document rendu public lors d’une rencontre d’information sur le projet de loi relatif à la retraite.

Le dispositif de retraite proportionnelle et sans conditions d’âge a été institué en 1997 par l’ordonnance 97-13 dans les circonstances particulières du programme d’ajustement structurel élaboré par le gouvernement suite à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

Ce dispositif a entraîné, pour un nombre important de travailleurs, des départs à la retraite anticipée à partir de 50 ans, ce qui a entraîné pour la Caisse nationale des retraites (CNR) « un manque à gagner pour les recettes de cotisations et surtout une augmentation significative de la dépense de retraite ».

Le système national de retraite sert actuellement plus de 3 millions de pensions et allocations de retraite pour une dépense globale annuelle de plus de 870 milliards de dinars.

Pour expliquer les raisons qui font que le système de retraite soit défaillant, les auteurs du rapport affirment que le ratio du nombre de travailleurs cotisants pour un retraité est actuellement à 2,1. Or, la norme pour garantir la viabilité d’un système de retraite est d’au moins 5 actifs cotisants pour un retraité.

« Ce déséquilibre a entraîné des difficultés financières structurelles pour la Caisse nationale des retraités (CNR) », indique le ministère en rappelant que ce déficit financier a été pris en charge en 2015 et 2016 par la solidarité inter-Caisses, notamment celle de la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS).

La question de l’annulation de la retraire anticipée a été tranchée en juin dernier lors de la dernière tripartite qui avait réuni le gouvernement, le syndicat et le patronat, suite à laquelle le gouvernement avait décidé d’abroger l’ordonnance 97-13 relative à la retraite sans condition d’âge par un projet de loi.

« Ce projet de loi confortera les droits des citoyens et garantira les équilibres financiers de la CNR », a soutenu le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, dans une déclaration à la presse avant-hier, en marge de l’ouverture d’une rencontre d’information sur les réformes du système des retraites.

Il a rappelé que le projet de loi modifiant et complétant la loi 38-12 du 2 juillet 1983 relative à la retraite portait sur l’abrogation des dispositions de retraite sans condition d’âge instituée en vertu de l’article 2 de l’ordonnance 97-13 du 31 mai 1997 modifiant et complétant cette loi. 

El Ghazi : « La réforme du système des retraites est dictée par les difficultés financière du pays ». Le ministre a annoncé que le projet de loi en question sera présenté au gouvernement dans les semaines à venir, en précisant que la réforme du système des retraites est dicté par les difficultés financières. « Nous voulons éviter toute crise à l’avenir », a-t-il insisté.

Concernant les dispositions du projet de loi relatives aux postes de travail à haute pénibilité, El Ghazi a indiqué que la commission en charge de définir ces métiers est déjà installée. Elle compte des experts de différents domaines, dont des médecins. Pour sa part, le secrétaire général de l’UGTA, Sidi Saïd, a affirmé que la Centrale syndicale a enregistré 657 000 demandes de travailleurs ayant exprimé le souhait de poursuivre le travail après l’âge minimum de la retraite défini à 60 ans.

A cet effet, le projet de loi qui entrera en vigueur début 2017 prévoit essentiellement cinq mesures phares. Il porte sur le maintien de l’âge minimum de la retraite à 60 ans et le maintien de la possibilité de départ à la retraite de la femme travailleuse à sa demande dès 55 ans.

Le projet de loi permet aux travailleurs de poursuivre volontairement leur activité au delà de l’âge minimum de 60 ans, dans la limite de cinq années. Il prévoit également des règles spécifiques pour les travailleurs exerçant des métiers très pénibles.

Ce projet de loi compte en outre des règles spécifiques concernant les travailleurs exerçant des professions hautement qualifiées ou des métiers déficitaires qui pourront bénéficier, à leur demande, d’un recul de l’âge de leur retraite avec, en contrepartie, des avantages spécifiques liés aux modalités de liquidation de leur pension.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email