-- -- -- / -- -- --
Monde

Plus de 20 morts dans le secteur de Tajoura

Plus de 20 morts dans le secteur de Tajoura

Au moins 21 personnes ont été tuées dans des combats près de Tripoli vendredi, ont indiqué des sources militaires, tandis que les délégations des deux parlements rivaux libyens négociaient sous l’égide de l’ONU au Maroc pour mettre fin aux violences.

Des forces du gouvernement reconnu par la communauté internationale ont affronté des combattants de la coalition de milices Fajr Libya à Tajoura, à 30 km de la capitale libyenne. Les forces du gouvernement avaient attaqué le camp de la coalition, dans une nouvelle tentative destinée à reprendre le contrôle de Tripoli.

« Quatorze soldats, quatre combattants de Fajr Libya et trois femmes ont été tués aujourd’hui à Tajoura », a dit une source militaire pro-gouvernement, ajoutant que les femmes avaient été tuées accidentellement par des tirs de roquettes. « Vingt-quatre autres personnes ont été blessées », a-t-il ajouté, sans préciser le camp auxquelles elles appartenaient.

Un porte-parole de Fajr Libya à Tripoli, Mohamad Shami, a confirmé l’affrontement mais donné un bilan plus élevé du côté des forces du gouvernement reconnu. « Trente-deux membres des forces à l’origine de l’attaque ont été tués », a-t-il déclaré.

« Fajr Libya exerce un contrôle intégral sur Tajoura. Il y a des combats mineurs près d’un camp appelé camp 101 où sont encore présents quelques attaquants qui sont encerclés par les forces de Fajr Libya », a-t-il poursuivi. Une deuxième source pro-gouvernement internationalement reconnu a dit qu’il y avait « des combats intenses en cours dans le secteur de Tajoura, avec l’appui de nos forces aériennes qui mènent des frappes ».

Le pays a deux gouvernements et parlements depuis que la coalition de milices s’est emparée de Tripoli en août et que le gouvernement reconnu s’est replié à l’est du pays.

Après deux premières sessions en mars, les négociations entre les deux parlements libyens rivaux ont repris jeudi dans la station balnéaire de Skhirat, près de Rabat, sous l’égide de l’émissaire onusien Bernardino Leon. Ce dernier a également piloté les négociations inter libyennes à Alger, la semaine dernière, où les partis politiques de ce pays ont appelé à former un gouvernement d’union nationale.

L’ONU a indiqué vendredi qu’elle tentait de rapprocher les points de vue entre les deux parlements, après avoir reçu leurs remarques sur son projet de gouvernement d’union nationale. Depuis le renversement et l’assassinat du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en 2011 à la suite d’une agression militaire de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis et du Qatar, la Libye est le théâtre de luttes incessantes entre factions rivales.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email