-- -- -- / -- -- --
Nationale

Plan d’action du gouvernement: Les députés plaident pour la justice sociale

Plan d’action du gouvernement: Les députés plaident pour la justice sociale

Les parlementaires devront adopter, ce jeudi, le Plan d’action du gouvernement, présenté à l’APN (Assemblée populaire nationale) par le Premier ministre Abdelaziz Djerad. 
Lors des débats qui se sont étalés sur deux jours, les députés ont mis l’accent sur « l’impératif d’adopter le dialogue et la concertation pour l’ensemble des questions et projets liés à la vie quotidienne du citoyen ». Une option qu’ils jugent salutaire pour règlement de la crise multiformes à laquelle fait face le pays
C’est dans ce sens que la députée du parti RND, Saliha Mekhraf a plaidé pour le renforcement du dialogue et la concertation pour l’ensemble des affaires et projets en rapport avec la vie quotidienne du citoyen, lors des débats en plénière dirigés par le président de l’assemblée Slimane Chenine.
De son côté, le député Abdelkader Abdelaloui a mis en avant l’importance « d’œuvrer au recouvrement de la confiance du citoyen par la voie du dialogue, en adoptant un discours réaliste et franc ». Pour le député Adjissa Youcef, le gouvernement doit accorder « un intérêt particulier à la prise en charge des préoccupations de certains secteurs », soulignant la nécessité d’un dialogue franc comme mécanisme de résolution des problèmes rencontrés.
La députée Ayad Ratiba a souligné l’importance « d’emprunter la voie du dialogue et de renoncer à l’exclusion » lors de la concrétisation de tous les projets d’intérêt général.
Par ailleurs, le député du FLN Belabbes Belabbes a plaidé pour « une répartition équitable des richesses », tandis qu’un autre a mis l’accent sur l’impérative « mobilisation de toutes les énergies du pays » à même de réaliser les objectifs escomptés du Plan d’action du gouvernement.
Après l’examen du projet, les députés ont plaidé pour l’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens à travers des mécanismes pratiques et pour répondre à leurs préoccupations, notamment en matière de logement et d’emploi, rappelant la détérioration de la valeur du dinar.
À ce propos, le député Mustapha Naci (RND) a indiqué que l’amélioration du pouvoir d’achat « permettra de réparer l’injustice » que subissent beaucoup de familles algériennes, et voit que le soutien devrait être destiné aux personnes qui en ont besoin. Il suggère, lors de son intervention, la revue de la législation régissant les PME et les startups.
Quant à Fatima Karma, de la même formation politique, elle a soulevé la nécessité de tirer profit des compétences nationales via leur implication dans la prise de décision, loin de toute marginalisation plaidant, d’autre part, pour la réforme du système de santé et de celui de l’éducation ainsi que l’amélioration des conditions de vie du citoyen. Elle a également appelé à relancer l’Industrie à travers, notamment, des mesures incitatives et des facilités au profit des investisseurs.
Le député indépendant Chaabane El Ouaer a pour sa part appelé à la révision de la loi sur la régularisation des constructions inachevées, soulignant qu’un grand nombre d’édifices attendent d’être régularisés à travers les différentes communes du pays.
Les débats se sont poursuivis par les interventions des présidents des groupes parlementaires, ceux qui pèsent lors du vote sur la feuille de route de Djerrad.
En dépit des critiques parfois sévères lancées par les députés au sein de l’hémicycle de Zighoud-Youcef, pendant ces deux jours de débat, contre plusieurs ministres, le parlement devrait accorder quitus à Djerrad qui a annoncé déjà une révision de quelques mesures fiscales dans la loi de finances complémentaire. Ce quitus va toucher l’ensemble de réformes y compris politique annoncées depuis la formation de l’actuel staff, en janvier dernier.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email