-- -- -- / -- -- --
Nationale

Plaidoyer pour une vraie démocratie participative

Plaidoyer pour une vraie démocratie participative

Le président de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Béjaïa, Mehenni Haddadou, a appelé ce lundi l’élite à prendre ses responsabilités et à s’engager dans les luttes quotidiennes des citoyens afin que la société opère des « sauts qualitatifs dans son organisation, ses objectifs et ses aspirations ». Dans son allocution à l’occasion de l’ouverture du colloque national sur « La démocratie participative : nouveau mode de gouvernance » organisé à la faculté de droit et des sciences politiques, M. Haddadou a souligné que « le mode de participation des citoyens dans le processus de prise de décision est un mouvement encore lent mais inévitable dans notre société ».

Il a aussi plaidé pour l’élargissement des prérogatives des élus. « Le code des collectivités territoriales doit consacrer une véritable décentralisation, par la suppression de la tutelle administrative et son remplacement par un contrôle judiciaire, l’adoption du principe de la subsidiarité (la non-intervention du pouvoir central dans les affaires locales sauf à la demande du pouvoir local », a-t-il dit, soulignant que « l’actuel code n’attribue aucune prérogative aux élus dans plusieurs domaines importants tels que l’aménagement du territoire, le développement économique, la gestion du foncier et la fiscalité locale, encore plus grave, le maire ne peut même pas recruter le personnel nécessaire ». Pour le président de l’APW, « beaucoup de facteurs sont réunis pour faire de la démocratie participative un nouveau mode de gouvernance en Algérie », faisant observer que « sa conception, ses objectifs et sa mise en œuvre doivent être des missions dévolues aux élus en concertation avec la société civile ». Il a ensuite appelé « la société civile à s’organiser pour participer à la conception et à la mise en œuvre des politiques publiques ». M. Haddadou a rappelé que son assemblée a lancé une dynamique participative à travers plusieurs initiatives visant à impliquer la société civile dans le développement local, dont l’appel à projet associatif qui vise à soutenir les projets porteurs de solutions durables, le concours du village le plus propre dont le citoyen sera un membre du jury, et APW-Jeunesse : implication de la jeunesse dans le choix des projets à travers le budget citoyen ».

Notons que dans son avant-projet de loi, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Nourredine Bedoui, définit la démocratie participative comme « un cadre de promotion à la fois de l’initiative citoyenne et de la gouvernance participative, un partage du pouvoir dans l’élaboration ou la prise de décision ». Une vision répercutée par le wali par intérim qui estime, pour sa part, que « les codes communal et de wilaya, qui ont fait l’objet de modifications, visent à favoriser l’implication du citoyen dans la gestion de la collectivité ». Pour les organisateurs, « la participation de la société civile aux décisions publiques est au cœur de la démocratie », estimant que « la nécessité d’impliquer la société civile dans la gestion des affaires publiques est d’une importance capitale ».

Notons que les thèmes débattus lors de cette rencontre sont entre autres « La démocratie participative et la démocratie représentative, le lien entre la démocratie participative et la décentralisation, les préalables à la participation, la société civile, la nation et les élus…). Enfin, il était question aussi des défis de la démocratie participative un axe où l’on a abordé les défis d’ordres normatifs et admiratif culturels, technique

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email