Plafonnement des marges bénéficiaires des produits de base : Zitouni se concerte avec les parties prenantes – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Plafonnement des marges bénéficiaires des produits de base : Zitouni se concerte avec les parties prenantes

Plafonnement des marges bénéficiaires des produits de base : Zitouni se concerte avec les parties prenantes

Le dossier de plafonnement de la marge bénéficiaire de certains produits de large consommation connaît une avancée. Ce sont les légumes secs qui sont, en premier lieu, concernés par cette mesure et seront suivis par d’autres produits, l’objectif étant la préservation du pouvoir d’achat des citoyens.

Une réunion technique de concertation, la première du genre, s’est tenue, ce lundi, au ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, consacrée à l’examen du plafonnement des marges bénéficiaires de certains produits de large consommation, à laquelle ont pris part toutes les parties prenantes.

Il s’agit des représentants des secteurs ministériels concernés, du directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), du président du Conseil du renouveau économique algérien (CREA), du président de la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA), du secrétaire général par intérim de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) ainsi que des présidents des organisations et associations nationales de protection du consommateur.

Il est donc question d’enrichir l’avant-projet de loi sur le plafonnement des marges bénéficiaires, qui couvrira, dans une première étape, les produits de large consommation, principalement les légumes secs, dont les prix ont, faut-il le rappeler, connu une hausse injustifiée les mois passés.

Selon le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (APOCE), Mustapha Zebdi, lequel a affirmé que le plafonnement des marges bénéficiaires de certains produits a longtemps été réclamé par l’association, a indiqué que les pouvoirs publics se penchent désormais sur un premier produit. Il s’agit des légumes secs dont la marge sera déterminée pour tous les acteurs intervenants, à l’instar des grossistes et détaillants. « C’est un plafonnement qui devrait répondre aux attentes de tous les intermédiaires et de tous les opérateurs », a précisé M. Zebdi, notant que le document présenté lors de cette réunion est soumis à toutes les parties concernées à même de donner leur avis et ainsi avancer dans ce sens.

Le président de l’APOCE, qui a affirmé qu’au niveau de l’association une liste de produits qui devrait être concernée par cette mesure est établie, comportant plusieurs produits (produits agricoles, viandes rouges et volaille, café…), a fait savoir que l’avant-projet de loi sur le plafonnement de la marge bénéficiaire de ces produits a été exposé et argumenté. Selon lui, à travers cette réunion qui marque le passage à l’action, « le train a démarré » et cette mesure sera suivie par d’autres. Car, selon lui, on ne peut se limiter à un seul produit. « Il est vrai que les légumes secs sont des produits essentiels mais il y a d’autres produits qui devront être aussi concernés par le plafonnement de la marge bénéficiaire », a-t-il souligné.

Zebdi, qui a fait savoir que les perturbations ayant touché le marché des légumes secs ont été évoquées lors de cette réunion, a rassuré les consommateurs sur la disponibilité de ces produits, à la faveur de l’importation d’une importante quantité d’ici à la fin de l’année, pour ainsi mettre fin aux perturbations.

De son côté, le ministre du Commerce, Tayeb Zitouni, a souligné « l’importance du plafonnement des marges bénéficiaires, de la moralisation de l’activité commerciale et du renforcement de la confiance sur le marché pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens ». Cette réunion visait également, selon lui, à « promouvoir la concertation et le dialogue pour instaurer les règles participatives liées à l’approvisionnement et à la stabilité du marché afin de préserver l’intérêt des consommateurs et des opérateurs économiques, tout en renforçant la transparence dans les pratiques commerciales ».

Cette réunion, a précisé le ministre, intervient pour enrichir également l’avant-projet de loi sur le plafonnement des marges bénéficiaires, qui couvrira, dans une première étape, les produits de large consommation.

Il convient de noter que les pouvoirs publics ont opté pour cette démarche afin de réguler le marché et ainsi préserver le pouvoir d’achat des citoyens. L’ex-Premier ministre avait déjà affirmé que l’exécutif avait achevé l’élaboration d’un projet de décret exécutif pour déterminer les marges bénéficiaires maximales pour les légumes secs, le riz, ainsi que d’autres denrées alimentaires de grande consommation, le but étant d’établir des mécanismes juridiques qui protègent définitivement le consommateur des pratiques commerciales afin de maintenir un approvisionnement régulier du marché.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email