-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pétrole : Trump booste les cours

Pétrole : Trump booste les cours

Alors que tout le monde attendait un discours du président américain Donald Trump sur l’accord nucléaire avec l’Iran, le sixième producteur mondial de pétrole, les cours ont bondi rapidement sur les marchés.

Le Brent a flirté hier après-midi avec les 57 dollars le baril, soit une hausse de 1%, alors que le WTI dépassait légèrement les 51,10 dollars le baril.

Il faut dire que ce discours politique a quelque peu boosté les craintes des investisseurs, entraînant une spirale de rumeurs et d’analyses plus ou moins fausses sur la géopolitique de la région.

Le président Trump devait s’exprimer hier en fin d’après-midi sur le sort de l’accord nucléaire iranien conclu en juillet 2015 et qui visait à empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

Depuis toujours, Trump ne croit plus aux engagements et aux respects des clauses de cet accord par les iraniens, d’où son refus de certifier. Selon la Constitution US, en cas de non certification, le Congrès aurait alors 60 jours pour décider ou non de réimposer les sanctions levées depuis deux ans. C’est cette perspective qui a emballé les cours pour le moment.

Pour les experts, ce discours n’aura pas d’impact durable sur la production iranienne de pétrole, ni aujourd’hui, ni demain, ni dans trois mois. Mais, l’impact aura lieu sur le volet investissement.

Des grosses compagnies américaines vont être réticentes à étendre leurs relations avec l’Iran s’il y a risque de sanctions et d’autres vont réduire le volume de leurs échanges ou leurs investissements.

Il faut rappeler que l’Iran produit près de quatre millions de barils par jour, devenant le troisième plus grand producteur de l’OPEP.
Or, le plus grand risque d’envolée des prix du brut viendrait si Trump désignait les gardiens de la révolution iranienne comme une organisation terroriste.

Car, cela va changer complètement les données dans la région, notamment dans le détroit d’Ormuz, dans le Golfe persique, où les risques de tensions et d’affrontements sont énormes entre l’armée US avec les navires de sa flotte et les Gardiens de la révolution, qui patrouillent régulièrement dans cette mer. C’est une région stratégique pour l’Iran, car ses principaux échanges et le transport de son pétrole passent par ce détroit.
Mais, aux dires des experts, il n’y a pas que la donne iranienne qui est derrière le rebond des cours.

Ces derniers étaient poussés par une hausse des importations chinoises de pétrole, qui ont franchi le seuil des 9 millions de barils par jour, soit le deuxième chiffre le plus élevé de son histoire. L’inauguration d’une nouvelle raffinerie en Chine aurait permis aux importateurs de faire de grosses commandes de brut.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email