-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pétrole : Recul des cours et nouvelles inquiétudes sur le marché

Pétrole : Recul des cours et nouvelles inquiétudes sur le marché

Le marché du brut redevient quelque peu fragilisé à cause de trois facteurs qui pèsent lourd, la fermeté du dollar et la reprise des exploitations du pétrole de schiste américain. C’est ainsi que les cours ont connu, pour la seconde journée consécutive, une baisse conséquente.

Mardi vers 11H, le baril de brent de la mer du Nord valait 55,49 dollars sur l’Intercontinental Exchange de Londres, soit une baisse de 23 cents par rapport à la séance d’avant-hier. Dans les échanges électroniques sur le Nymex, le baril WTI cédait 21 cents et se maintenait difficilement au-dessus de la barre des 52 dollars le baril.

Dans les bourses européennes, c’est le même constat de la reculade manifeste des prix du brut, donnant l’impression que la monnaie américaine, grâce à sa vigueur, est en train de bousculer les équilibres du marché pétrolier et surtout les ambitions recherchées des producteurs de l’organisation des exportateurs (OPEP et les non affiliés au cartel).

Pour les analystes, le facteur dollar et sa solidité actuelle ont joué sur cette baisse, d’autant que la menace du président américain Trump de lancer de nouvelles sanctions contre l’Iran risque de devenir un élément déterminant par la suite.

D’ailleurs, la tension qui ne manquera pas de s’établir en cas d’une possibilité de sanctions sur Téhéran va influer considérablement sur le marché. Déjà, de nouvelles informations font état de l’augmentation de la production iranienne, même si ce pays est exclu de l’accord de Vienne.

Cependant, les experts pensent que si le dollar continue de grimper, il sera difficile de justifier des achats de pétrole avant la publication de données sur les réserves américaines, dont on attend la diffusion aujourd’hui, vers la soirée en raison du décalage horaire.
Il faut rappeler que la hausse du billet vert, monnaie de référence des cours du pétrole, pèse sur le pouvoir d’achat des investisseurs.

Pour beaucoup d’observateurs du marché, les estimations de la fédération privée Américan Petroleum Institute sont particulièrement attendues, parallèlement aux données hebdomadaires sur les réserves que le Département américain de l’Energie publie. Ces données vont éclairer sur la capacité des producteurs de schiste à briser l’équilibre mondial et surtout à vérifier l’augmentation de leurs puits d’extraction et du volume de la production.

Selon un sondage réalisé par Bloomberg, les analystes s’attendent à des hausses des stocks de brut, d’essence et des produits distillés. Alors qu’en même temps, les experts de Unicrédit affirment qu’en 2017, la « production de l’OPEP est la partie connue du puzzle. Même si tous les pays ne respectent pas complètement leur accord de limitation des extractions, la tendance à la baisse est claire. Reste à savoir de combien les producteurs de schiste augmenteront la leur « en réponse à la hausse des prix sur le marché.

C’est ainsi que les inquiétudes sur les stocks américains, la reprise de la production de schiste et la solidité manifeste du dollar ont freiné la stabilité des cours du brut et risquent même d’enfoncer encore ces cours vers une autre fourchette, si la tension persiste entre le président Trump et l’Iran.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email