-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pétrole : Maintien de la tendance haussière des cours

Pétrole : Maintien de la tendance haussière des cours

Le brut entame la semaine sous de bonnes auspices. Hier matin, les séances boursières ont ouvert avec des hausses fermes, gagnant vers midi près de 2% par rapport la clôture de vendredi soir, où le baril dépassait les 46 dollars pour le brent (référence du brut algérien).

Un rebond des cours qui semble être soutenu encore par les conséquences du gigantesque incendie qui ravage la région pétrolière canadienne d’Alberta. Un incendie qui a poussé trois compagnies pétrolières à fermer leurs champs et les sites de production, réduisant ainsi d’un tiers la capacité journalière de production du Canada (plus d’un million de baril).

Une situation qui a fait baisser rapidement l’offre sur les marchés, allant jusqu’à douter d’une prochaine reprise du travail dans ces sites en raison des dégâts de l’incendie et du déplacement de dizaines de milliers de travailleurs et leurs familles.

L’autre explication nous vient des Etats-Unis où les stocks restent en hausse, alors que la production continue sa baisse, principalement en Alaska. Pour les spécialistes, c’est encore la chute des exportations chinoises et la hausse des importations qui ont évacué tout risque de voir Pékin dévaluer sa monnaie, le yuan, et de produire ainsi un autre choc déflationniste, trop brutal pour l’économie mondiale et surtout ses impacts sur les marchés pétroliers.

Autre fait qui a fait réagir timidement les marchés, c’est sans doute les changements, quoique attendus et prévus depuis quelques mois, dans le secteur stratégique saoudien. Alors que le ministre du Pétrole, Ali Naimi, a dirigé le secteur énergétique saoudien depuis plus de 20 ans, offrant une stabilité « managériale » des plus rares dans le monde, il vient d’être remplacé par le responsable de la compagnie Aramco, Khalid El Fatih, ce qui a secoué légèrement les cours. 

Des inquiétudes ont été décelées chez les opérateurs dans le secteur énergétique, notamment chez des investisseurs, qui montraient des signes d’incertitudes dans leurs projets futurs. C’est d’ailleurs ce qui explique la toute récente déclaration du nouveau ministre saoudien, qui affirme que le royaume va poursuivre sa politique « d’inondation du marché » pour éliminer les producteurs américains du pétrole de schiste.

Une déclaration qui devrait permettre de calmer les marchés et surtout de garder un certain équilibre entre l’offre et la demande. Pour les experts, les fondamentaux donnent l’impression d’un équilibre qui tend vers une progressive remontée des cours à des seuils plus acceptables aussi bien par les gros producteurs mondiaux que par les grands consommateurs industriels.

Au niveau de l’OPEP, l’extraction du pétrole a atteint des niveaux historiques du mois de janvier dernier et semble vouloir se maintenir à ces plafonds, en dépit des désaccords sur le maintien du gel ou sa reconduction entre les pays membres de l’OPEP et quatre autres gros producteurs non affiliés au cartel.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email