-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pétrole : Boutarfa espère dissiper les divergences entre producteurs

Pétrole : Boutarfa espère dissiper les divergences entre producteurs

Juste après sa visite éclair à Moscou jeudi dernier où il s’est entretenu avec son homologue russe Alexandre Novak, le ministre algérien de l’Energie, Noureddine Boutarfa, a rallié Paris à la rencontre de son homologue saoudien, Khalid al Falih, et le secrétaire général de l’Opep, Mohammed Barkindo, pour discuter d’une position commune en faveur des pays producteurs.

La réunion qui aura lieu dans la soirée, devrait porter sur la situation du marché pétrolier et les moyens de stabiliser les cours de l’or noir entre 50 et 60 dollars le baril.

Ces visites du ministre de l’Energie, qui interviennent dans le cadre de la réunion informelle de l’OPEP prévue le 27 septembre à Alger, ont été précédées par de récents déplacements au Qatar et en Iran pour rapprocher les points de vue afin de ramener les prix du pétrole à un niveau acceptable.

Le ministre algérien, qui espère des résultats positifs à la rencontre d’Alger, six mois après l’échec de la réunion de l’Opep à Doha, affiche son optimisme de voir les pays de l’organisation et leur partenaire russe s’acheminer vers une décision commune.

« Cette réunion informelle de l’Opep offrira l’opportunité de parvenir à un accord qui favorisera la stabilisation du marché du pétrole », a-t-il affirmé jeudi à Moscou, dans une déclaration à l’APS au terme de son entrevue avec son homologue russe.

Evoquant les efforts de l’Algérie pour faire progresser les pays producteurs vers un commun accord, Boutarfa a révélé que le pays dispose d’une proposition dans ce sens qu’elle soumettra aux participants de la réunion d’Alger. « Les consultations de l’Algérie menées auprès de ses partenaires montrent qu’il y a un consensus autour de la nécessité de stabiliser le marché. C’est déjà un point positif », s’est-il félicité.

Concernant les dissensions qui caractérisent les rapports entre les producteurs de pétrole, notamment l’Iran, troisième producteur au sein de l’organisation, le ministre a répliqué que ce pays « est en droit d’augmenter sa production.

Mais il est nécessaire qu’il fasse preuve de flexibilité et de responsabilité dans ce contexte-là ». L’Iran, qui est revenu en force sur le marché pétrolier après la levée des sanctions, insiste pour retrouver son quota d’avant en affirmant qu’il devait produire au moins quatre millions de barils par jour avant d’accepter le moindre accord, mais l’Arabie saoudite, chef de file de l’Opep, affirme que l’objectif de l’Iran est largement atteint.

Ces divergences entre les pays de l’Organisation dissipent l’espoir de parvenir à une convergence pour stabiliser le marché pétrolier qui connaît de fortes perturbations depuis 2014.

Marqué par un fort déséquilibre entre l’offre et la demande, le prix du pétrole a connu une chute drastique, passant d’un peu plus de 110 dollars à moins de 40 dollars. Après la réunion informelle de l’Opep qui se tiendra en marge du 15e Forum international de l’énergie (IEF 15) à Alger du 26 au 28 septembre, les pays de l’organisation tiendront leur rencontre officielle à Vienne en octobre prochain.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email