-- -- -- / -- -- --
Op-Ed

Pénuries à l’horizon

A Boumerdès, Madame le wali et ancienne ministre, réputée pour sa patience et son sens de l’écoute, a dû récemment rappeler à la réalité un membre de son exécutif lors d’une séance de travail.

Ce directeur en charge d’un secteur, qu’on ne peut malheureusement pas qualifier de prioritaire en ces temps de crise, aurait naïvement demandé une enveloppe un peu ambitieuse sur le fonds de wilaya à partir duquel l’administration centrale essaie tant bien que mal de financer quelques opérations de développement malgré le gel massif des projets programmés.

« Nous devons craindre un souci alimentaire dans les temps à venir et vous réclamez… », aurait lancé Nouria Yamina Zerhouni à ce responsable inconscient de la gravité de la situation économique du pays.

Madame le wali nous excusera si nous n’avons pas exactement rapporté les mots précis de son énoncé, car elle comprendra que c’est le fond de son message qui intéresse notre propos. Hier, des ministres tels celui de la Santé, ex-wali d’Oran, affirmait que le gel concernant la réalisation de cinq CHU ne signifiait pas l’abandon du projet.

On conçoit qu’un membre du gouvernement s’attache à rassurer les citoyens surtout en matière de soins mais s’il faut envisager des lendemains de disette, qu’on le dise franchement pour que les ménages prennent leurs précautions en anticipant sur le pire. Les Algériens ont à peine commencé à consommer sans compter que la crise les rattrape.

En ce sens, la réplique de Madame le wali de Boumerdès tranche avec le discours contradictoire de certains. On ne peut plus aujourd’hui prêcher l’austérité en prétendant que « grâce au génie des gouvernants » l’Algérie pourra éviter la faillite. Ces tirades démagogiques ne feront qu’aggraver l’ampleur du choc que produiront les premières pénuries auxquelles il faut s’attendre.

Déjà, beaucoup de produits commencent à manquer grâce ou à cause de la chute des importations dans des domaines où la production nationale demeure insuffisante. Il s’agit, entre autres, de semences agricoles, maillon faible de la chaîne alimentaire. Que chacun s’affaire à serrer la ceinture au lieu de gaspiller son temps à raconter des sornettes après avoir dilapidé le denier public !

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email