Pénurie en eau potable : Les stations de dessalement, unique solution – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Pénurie en eau potable : Les stations de dessalement, unique solution

Pénurie en eau potable : Les stations de dessalement, unique solution

Le ministre des Ressources en eau et de la sécurité hydrique, Karim Hasni a affirmé, jeudi à Alger, que la réalisation de stations de dessalement de l’eau de mer était l’unique solution pérenne, à même de venir à bout du problème de perturbations de l’alimentation en eau potable.

Répondant à une question du membre du Conseil de la Nation, Abdelkader Moulkhaloua (RND) sur le barrage d’Oued Berkèche à la commune Lahsasna (Ain Temouchent) lors d’une plénière présidée par M. Ahmed Bennai, vice-président du Conseil, M. Hasni a fait savoir que « le recours aux eaux dessalées dans les opérations d’alimentation en eau potable permettra d’affecter les eaux superficielles et souterraines à l’agriculture pour répondre aux besoins des agriculteurs notamment les agriculteurs de la wilaya de Ain Temouchent, étant une wilaya à vocation agricole ».

Le ministre a cité, dans ce sens, plusieurs wilayas, notamment Ain Temouchent, ayant souffert de perturbations d’alimentation en eau potable en raison des changements climatiques qu’a connus le pays et qui sont à l’origine du recul du taux de pluviométrie, notamment dans les régions Centre et Ouest qui a conduit à la baisse du niveau des eaux au niveau de 22 barrages dans 20 wilayas.

Dans le souci de palier à cette situation, le ministre a fait état de la mise en place de programmes d’urgence reposant essentiellement sur des projets de réalisation d’un grand nombre de forages à travers les wilayas touchées par le déficit hydrique, outre des programmes de réalisation de stations de dessalement de l’eau de mer.

Concernant le projet du barrage Berkèche à la commune Lahsasna, M. Hasni a affirmé que l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) avait établi une étude exhaustive sur ce projet ayant conclu que ce barrage pourrait collecter près de 5,8 m3 dédiés à l’irrigation de plus de 1.000 hectares des terres agricoles.

Sur la base de cette étude, les services du secteur ont formulé, à maintes reprises depuis 2015, une demande d’inscription de l’opération de réalisation de ce projet d’un montant de plus de 1,5 Md Da au sein des différents programmes de développement, a expliqué le ministre, ajoutant que l’inscription de ce projet n’a pas été approuvée par les services concernés en raison de la situation financière du pays.

Enfin, M. Hasni a affirmé que son secteur œuvrait à obtenir l’approbation en vue de la réalisation de ce projet, et ce, compte tenu de son importance majeure.

 Répondant à une question du sénateur Mohamed Khelifa de la même formation politique sur les programmes de réalisation des stations d’épuration des eaux usées à Biskra ainsi que les projets de transfert des eaux depuis le barrage de Beni Haroun vers cette wilaya, M. Hasni a affirmé que les wilayas du Sud à l’image de Biskra avaient bénéficié de plusieurs projets pour assurer l’approvisionnement en eau potable, outre des programmes d’assainissement en cours à travers la réalisation des stations d’épuration des eaux usées en sus de nombreux systèmes d’assainissement en vue de prendre en charge ce problème de manière « effective ».

Le ministre a rappelé la réalisation de l’un des projets phares à savoir, la station d’épuration des eaux usées à Biskra ayant accusé un retard en raison des difficultés financières qu’a connues l’entreprise publique chargée de la réalisation Hydro-aménagement.

Le taux d’avancement du projet a atteint les 48% avant l’arrêt des travaux, ce qui a poussé les services de l’ONA à engager les procédures de résiliation du contrat avant de reprendre les travaux et lancer un nouvel appel d’offre pour régler le problème d’assainissement et préserver l’environnement à cette wilaya.

La wilaya de Biskra dispose d’autres réseaux d’assainissement efficace en matière d’épuration des eaux usées qui sont en exploitation actuellement, dont les stations d’épuration à la commune d’El Outaya (opérationnelle) et celle d’El Kantara (en phase expérimentale), a-t-il ajouté.

Les services des ressources en eau ont élaboré, de leur côté, plusieurs études pour la réalisation d’une nouvelle station de traitement par lagunage des eaux usées à la commune d’Ourlal qui couvrira 10 communes de Biskra Ouest (étude finalisée), en sus d’une autre études pour la réalisation des systèmes de traitement par lagunage des eaux usées au niveau des communes de Zeribet El Oued, Ain Zaatout et M’Chounech.

Ces projets seront inscrits dans les programmes futurs après mobilisation de l’enveloppe financières par les services concernés, a-t-il souligné.

Pour ce qui est du transfert des eaux du barrage de Beni Haroun, qui approvisionne déjà six (6) wilayas en eau, vers Biskra, le ministre a fait état d’une étude élaborée en 2019 dans ce sens , affirmant que son secteur œuvrera à « inscrire cette opération dans les programmes à venir ».  

Par ailleurs, M. Hasni a rappelé également une étude en cours de réalisation pour un projet d’exploitation des eaux souterraines dont regorge la région de Ghardaia, puis les acheminer vers Biskra, Batna et M’sila. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email