Peine de mort contre un ancien adjoint d'Antar Zouabri – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Peine de mort contre un ancien adjoint d’Antar Zouabri

Peine de mort contre un ancien adjoint d’Antar Zouabri

Le tribunal pénal de première instance de Dar El Beida à l’Est d’Alger a condamné ce mardi Nashmi Said dit « Chafik », un dangereux terroriste à la peine de mort, pour constitution d’un groupe armé, meurtre avec préméditation, tentative de meurtre et sabotage de biens de l’Etat

L’instance judiciaire a également condamné à une peine de 3 ans de prison et une amende de 100 000 DZD aux deux autres prévenus, accusés de soutien et de financement d’un groupe terroriste.

Le procureur de la république avait requis des peines allant de la peine capitale contre Nashmi Said à 10 ans de prison ferme deux autres mis en cause.
Membre de la « katibat Al houda » de l’organisation terroriste « Jound Al Khilafa » affilié à Daech, Nashmi Said a été arrêté le 3 avril 2015 suite à une embuscade tendue par un détachement de l’armée nationale dans la commune de Bouigyal dans la daïra de Kadiria (Bouira) a été arrêté, tandis que deux terroristes qui étaient en sa compagnie Nashmi Hussein, connu sous le nom d’Abu Nouas , et Saadi Ali, dit« Ibrahim Al-Mouach » ont réussi à prendre la fuite.

Le terroriste « Nashmi Al-Saeed » avait pris les armes pendant la décennie noire. Il a rejoint les groupes armés au début des années 1990, et a été l’un adjoints d' »Antar Zouabri », Emir national du Groupe islamique armé (GIA) abattu en 2001 à Boufarik et « Mokhtar Belmokhtar », connu sous le nom de « Balouer » abattu en 2016 en Libye.

Lors de sa comparution, il a affirmé au juge que sa mission au sein du groupe de Zouabri était de collecter du bois de chauffage, de garder le camp, de cuisiner et de creuser des tranchées. Suite à un raid aérien de l’armée algérienne qui a fait beaucoup de morts et de blessés au sein des terroristes, il a été affecté à l’infirmerie pour soigner les blessés, a-t-il ajouté précisant qu’il était armé d’un fusil de chasse.

L’accusé ajoute qu’en 1996, suite à des divergences entre l’émir national du GIA Antar Zouabri et l’émir de la deuxième région, « Hassan Hattab », ce dernier a annoncé sa scission avec Antar qui a réagi en déclarant la guerre aux frondeurs de la deuxième région qualifiés «les gens de l’armistice et du dialogue».
Il a rejoint le Mali en 2004 puis le Niger et la Mauritanie sous la houlette de Mokhtar Belmokhtar où il a participé à plusieurs attaques notamment celle qui a ciblé une caserne  de l’armée mauritanienne qui a couté la vie à 15 soldats et contre un poste des douanes algériennes à Ménéa en 2006 et contre un poste frontalier de l’armée du Niger la même année.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email