-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pêche et produits halieutiques: Cibler une grosse production

Pêche et produits halieutiques: Cibler une grosse production

Le secteur de la Pêche connaitra une nouvelle dynamique à travers un programme de relance économique et sociale prévoyant une production qui devrait atteindre 166 000 tonnes de poissons par an. 
C’est du moins ce qu’a affirmé  à Mostaganem, le ministre de la Pêche et des Produits halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi, précisant que l’ambition de son département étant d’augmenter les capacités de production d’une moyenne nationale annuelle de 100.000 tonnes à 166.000 t/an.

Cet objectif permet, selon le ministre, de satisfaire les besoins des consommateurs et de renforcer le marché national en espèces diversifiées de produits halieutiques et contribue à introduire des protéines marines aux régimes alimentaires des Algériens.

En marge du coup d’envoi du programme de maintenance des infrastructures portuaires, M. Ferroukhi a indiqué, que « le secteur a tracé des objectifs annuels pour développer les activités de la pêche et de l’aquaculture, selon une feuille de route qu’elle est actuellement en phase de concrétisation au niveau des wilayas ».

Ce programme qui concerne, entre autres actions, la rénovation de pas moins de 27 ports permet de développer l’activité de la pêche en haute mer en préservant les activités de la pêche côtière, en plus de développer la filière aquaculture, explique le ministre.

Cela se fera parallèlement avec la relance de la fabrication et l’économie bleue permettant de créer de la richesse et de nouveaux emplois.

Il a, par ailleurs, mis l’accent sur la contribution des activités de la pêche sous toutes ses formes à l’économie nationale, ce qui nécessite de nouveaux modes de fonctionnement dans les différentes filières du secteur à même de jouer son rôle essentiel à l’économie générale et locale. De nouveaux produits halieutiques en sus de la valeur ajoutée et l’emploi sont le but final visé par M. Ferroukhi.

Abordant les retombées de la pandémie du coronavirus sur le secteur de la pêche et des produits halieutiques, le ministre a relevé que « l’Etat a pris en charge les professionnels quoique leurs activités n’aient pas été totalement suspendus en comparaison avec celles d’autres secteurs ».

L’impact de la crise sanitaire a été atténué, ajoute-t-il, grâce aux efforts des autorités locales qui ont contribué à la disponibilité des conditions adéquates pour la poursuite de l’activité et l’approvisionnement des marchés en produits de mer.

Plus de 15.000 professionnels activant dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture au niveau national ont bénéficié de l’allocation de solidarité décidée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, fait-il savoir.

Le ministre avait déclaré que la nouvelle stratégie arrêtée s’étale de 2020 à 2024 et se décline avec une forte volonté de rupture avec le modèle productif existant. Il s’agit surtout de développer de nouvelles activités en sus de celles qui existent déjà. Ce qui permettra de créer de nouveaux emplois dans l’industrie de la pêche et l’aquaculture et vont certainement renforcer le nombre actuel comptant environ 120 milles postes qu’il faudrait préserver. Il avait souligné aussi que le secteur entend se lancer dans la pêche dans les océans. « D’où l’importance accordée dans notre programme à la formation relative à la construction et la maintenance navale, ainsi que l’accompagnement de ce type de pêche de haut niveau (dans les océans) » estime M. Ferroukhi.

Pour rappel, des rencontres avec la société civile et les professionnels du secteur de la Pêche ont été organisées en mois de mars passé, afin de les impliquer dans l’élaboration de cette feuille de route et tenir en compte leurs préoccupations. 
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email