-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pas de retour aux classes jusqu’à nouvel ordre

Pas de retour aux classes jusqu’à nouvel ordre

La date de la rentrée scolaire prévue le 4 octobre 2020 a été officiellement reportée à une date ultérieure, a indiqué  un arrêté  du ministre de l’éducation nationale, Mohamed Ouadjaout.

Dans un communiqué, le ministère indique que la date de la rentrée de l’année scolaire 2020/2021 de tous les élèves, à travers tout le pays, sera fixée sur une décision des pouvoirs publics, habilités à autoriser la reprise des activités de l’éducation et de l’enseignement, dans le cadre du protocole sanitaire préventif contre le coronavirus.

Contacté par Le Jeune Indépendant, Bachir Hakem, syndicaliste et pédagogue estime que le déséquilibre sera énorme après une rupture de sept mois avec l’école, sachant que l’élève s’est habitué  à  un rythme bien précis entre les vacances et le retour aux bancs d’écoles. Pour le syndicaliste, le fait de déprogrammer le baccalauréat pour le 13 septembre, cela a eu déjà un impact négatif sur les élèves candidats à  cet examen. « Il fallait dès le début programmer la rentrée  scolaire pour le 20 octobre, mais ce ne serait pas possible pour des considérations sanitaires et politiques. Donc, ça ne va pas être avant le 8 novembre », a-t-il indiqué.  Bachir Hakem soulève le problème de l’improvisation, dans lequel, dira-t-il, on a placé  10 millions d’élèves, sachant que jusqu’à ce jour aucun programme anti retard n’a été établi, a-t-il regretté. Le syndicaliste estime qu’après cette longue rupture, l’élève psychiquement a oublié et perdu tous ses repères. De plus, souligne-t-il, si la rentrée se fait le 8 novembre,  il faut d’abord au moins dix jours pour mettre les élèves dans l’ambiance de la scolarité.

Hakem, s’interroge:” comment va se faire le programme et comment programmer une année scolaire du mois de novembre à juin et rattraper tous les retards, ainsi que les vacances pour les élèves et le problème de surcharge des classes et comment partager les élèves en groupe de pas moins de 20″.  Toutes ces questions ont besoin , en effet, de réflexion et de concertations avec les concernés  par le secteur, afin de trouver les solutions possibles. Pour sa part, le membre du Comité Scientifique en charge du suivi et de l’évolution de la pandémie du Coronavirus en Algérie, le Dr Mohamed Bekkat Berkani avait estimé récemment « qu’aujourd’hui la rentrée scolaire de 2021 demeure difficile ». Pour lui, c’est encore trop tôt. « Le retour à la vie normale doit suivre un processus progressif »; a-t-il indiqué. En tant que « Comité Scientifique, notre rôle est d’examiner et valider les protocoles sanitaires spécifiques à chaque secteur »; a fait savoir Berkani.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email