-- -- -- / -- -- --
Nationale

Pas de liberté provisoire pour les Kouninef

Pas de liberté provisoire pour les Kouninef

Les magistrats de la chambre d’accusation de la cour d’Alger ont confirmé ce mercredi les ordonnances du juge d’instruction du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed, relatives à la mise en détention provisoire des frères Kouninef.

Par cette décision, les juges de la chambre du contrôle ont rejeté les demandes des avocats des frères Kouninef, lesquels ont sollicité la liberté provisoire.

Après avoir usé de leur proximité avec la famille de l’ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika et accaparé de grands projets dans différents domaines, notamment des mines et de l’hydraulique, les frères Kouninef que personne ne pouvait approcher, même les services de sécurité il y a quelques temps car ils étaient intouchables, ont fini par être incarcérés à la prison d’El Harrach le 24 avril dernier avec ceux qu’ils appelaient les voyous.

Les frères Kouninef ont été écroués par le juge d’instruction de la 5e chambre du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed, rue Abane Ramdane.

Ils sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation, entre autres détournement et dilapidation de deniers publics, passation de projets douteux et transfert illégal de capitaux en euros et en dollars vers l’étranger.

Ils s’affichaient très peu sur la place publique, mais KouGC, le groupe familial créé au début des années 1970 par leur père, entretenait des relations étroites avec la famille Bouteflika.

La famille Kouninef pèse plusieurs centaines de millions de dollars : téléphonie mobile, BTP, génie civil pétrolier, agroalimentaire, hydraulique… L’entreprise a su se diversifier pour devenir un poids lourd du secteur privé algérien. La compagnie Sonelgaz, ou encore le ministère des Ressources en eau faisait partie de leurs clients.

Nul doute que la proximité de cette fratrie avec l’entourage de l’ex-Président n’est pas étrangère à la prospérité que connaissait KouGC. Depuis une dizaine d’années, Karim, Noah et Réda Kouninef faisaient partie des principaux financiers des campagnes électorales de l’ex-président Bouteflika depuis 1999.

Les nouveaux locataires de la prison d’El Harrach comparaîtront lors des prochains jours devant le même magistrat instructeur pour être entendus sur le fondLes magistrats de la chambre d’accusation de la cour d’Alger ont confirmé hier les ordonnances du juge d’instruction du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed, relatives à la mise en détention provisoire des frères Kouninef.

Par cette décision, les juges de la chambre du contrôle ont rejeté les demandes des avocats des frères Kouninef, lesquels ont sollicité la liberté provisoire.

Après avoir usé de leur proximité avec la famille de l’ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika et accaparé de grands projets dans différents domaines, notamment des mines et de l’hydraulique, les frères Kouninef que personne ne pouvait approcher, même les services de sécurité il y a quelques temps car ils étaient intouchables, ont fini par être incarcérés à la prison d’El Harrach le 24 avril dernier avec ceux qu’ils appelaient les voyous.

Les frères Kouninef ont été écroués par le juge d’instruction de la 5e chambre du pôle judiciaire du tribunal de Sidi M’Hamed, rue Abane Ramdane.

Ils sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation, entre autres détournement et dilapidation de deniers publics, passation de projets douteux et transfert illégal de capitaux en euros et en dollars vers l’étranger.

Ils s’affichaient très peu sur la place publique, mais KouGC, le groupe familial créé au début des années 1970 par leur père, entretenait des relations étroites avec la famille Bouteflika.

La famille Kouninef pèse plusieurs centaines de millions de dollars : téléphonie mobile, BTP, génie civil pétrolier, agroalimentaire, hydraulique… L’entreprise a su se diversifier pour devenir un poids lourd du secteur privé algérien. La compagnie Sonelgaz, ou encore le ministère des Ressources en eau faisait partie de leurs clients.

Nul doute que la proximité de cette fratrie avec l’entourage de l’ex-Président n’est pas étrangère à la prospérité que connaissait KouGC. Depuis une dizaine d’années, Karim, Noah et Réda Kouninef faisaient partie des principaux financiers des campagnes électorales de l’ex-président Bouteflika depuis 1999.

Les nouveaux locataires de la prison d’El Harrach comparaîtront lors des prochains jours devant le même magistrat instructeur pour être entendus sur le fond

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email