Visite du président français : Pas de contrat gazier avec l’Algérie  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Energies

Visite du président français : Pas de contrat gazier avec l’Algérie 

Visite du président français : Pas de contrat gazier avec l’Algérie 

Il n’y aura pas de nouveaux contrats gaziers avec l’Algérie pour garantir les besoins gaziers de la France, notamment en cette période de perturbations qui caractérisent le marché mondial depuis le début de la crise en Ukraine, contrairement à ce qui a été avancé dans les milieux politiques en France et ailleurs , depuis l’annonce de la visite du président français, Emmanuel Macron, en Algérie. 

« Le gaz ne représente que 20% du mix énergétique français, et dans cet ensemble, l’Algérie représente 8 à 9%. On n’est pas dans une dynamique où le gaz algérien pourrait changer la donne ». C’est ce qu’a fait savoir hier, à Alger, Emmanuel Macron au deuxième jour d’une visite officielle en Algérie, tout en insistant sur la nécessité de consolider le partenariat entre TotalEnergies et Sonatrach ».

Pour rappel, lors du sommet algéro-italien à la mi-juillet, un gros contrat pétro-gazier de « partage de production » entre Sonatrach d’un côté et l’italien Eni, l’américain Occidental et le français Total, portant sur 4 milliards de dollars, avait été annoncé. 

Le président français s’est notamment félicité qu’Alger aide « à la diversification » des approvisionnements en gaz de l’Europe, en augmentant ses exportations vers l’Italie. 

« On est pas en compétition avec l’Italie sur le gaz algérien », a-t-il assuré, soulignant le « faible poids du gaz dans le mix énergétique » de la France. Au contraire, a-t-il dit, « je remercie l’Algérie » d’avoir augmenté les volumes injectés dans le gazoducgazoduc Un gazoduc est une canalisation destinée au transport de matières gazeuses sous pression, la plupart du temps des hydrocarbures. Selon leur nature d'usage, les gazoducs peuvent être classés en trois familles principales : 1- gazoducs de collecte, ramenant le gaz sorti des gisements ou des stockages souterrains vers des sites de traitement. 2- gazoduc de transport ou de transit, acheminant sous haute pression le gaz traité (déshydraté, désulfuré, ...) aux portes des zones urbaines ou des sites industriels de consommation 3- gazoducs de distribution, répartissant le gaz à basse pression au plus près des consommateurs domestiques ou des petites industries. qui approvisionne l’Italie.

En outre, il a souligné que la France avait déjà « sécurisé ses volumes » pour l’hiver et que « les stocks sont à 90% ». Par contre, « c’est une très bonne chose qu’il y ait une collaboration accrue et plus de gaz vers l’Italie », a-t-il insisté, soulignant la nécessité d’une « solidarité européenne ». 

Dossier de l’immigration clandestine et des visas

Concernant le dossier de l’immigration clandestine, M. Macron a souligné l’importance de « travailler ensemble » avec le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour être « plus efficace » dans la lutte contre ce fléau et, en même temps, « plus souple » sur l’immigration « choisie ». 

« Ce que nous avons décidé, c’est de travailler ensemble et avec aussi une certaine confiance collective. On va être très rigoureux pour, ensemble, lutter contre l’immigration clandestine et les réseaux, et être beaucoup plus efficaces pour prévenir et pouvoir raccompagner (les clandestins, ndlr) plus efficacement », a-t-il déclaré. 

Macron a annoncé également qu’il allait y avoir une approche beaucoup plus souple concernant l’immigration choisie, c’est-à-dire les familles de binationaux, mais aussi les artistes, les sportifs, les entrepreneurs et les politiques.

« Dans ce cadre-là, on souhaite pouvoir améliorer les délais » d’obtention des visas et « si l’on simplifie un peu les procédures, (ça permet) d’avoir une lisibilité plus rapide et d’éviter d’engager trop de frais », a fait valoir le chef de l’Etat français. 

La question des visas fait partie des sujets « sensibles » et source de « tensions » entre les deux pays, a reconnu le président français. « C’est un dossier sur lequel on a longuement parlé ce vendredi, jusqu’au milieu de la nuit, avec le président algérien », a souligné Emmanuel Macron, « et sur lequel nous avons mandaté nos ministres, et donc qui va avancer dans les prochaines semaines et prochains mois ». 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email