-- -- -- / -- -- --
Sports

Participation algérienne au challenge continental

Participation algérienne au challenge continental

En attendant l’entrée en lice du vainqueur du trophée l’ESS, exempt pour ce 1er tour, trois des clubs ayant pris part aux deux épreuves continentales, à savoir l’ASO, l’USMA et le MCEE, ont difficilement validé leur ticket pour le prochain tour face à des adversaires de second rang. En revanche, le MCA a failli dans sa mission en se faisant éliminé dès le premier tour préliminaire.
Ebola, l’atout favorable aux Chélifiens

Ayant hérité de la formation Kamboi Eagles de la Sierra Leone pour le compte du 1er tour de la coupe de la CAF et vu que ce pays est touché par l’épidémie d’Ebola, les responsables de l’ASO et ceux de l’équipe hôte sont convenu que le stade Boumezrag accueillera les deux matches, avec le consentement de la CAF. Une opportunité inouïe pour les Lions du Cheliff de passer ce premier cap.

Cela n’a toutefois pas été facile du moment que, lors de la seconde manche, les Sierra-Léonais l’ont emporté par la plus petite des marges (1 à 0) ; un score s’avérant insuffisant après leur défaite enregistrée au match aller (2 à 0). Malgré l’avantage du terrain, les coéquipiers de Deham ont failli se faire surprendre le souci majeur des Rouge et Blanc de Chlef étant de sauver le club de la relégation.

Il n’en demeure pas moins que leur dernier succès en championnat leur a redonné l’espoir pour jouer à fond la carte du maintien et continuer l’aventure africaine, surtout que le prochain adversaire n’est autre que la formation de Horaya Conakry de la Guinée qui, elle aussi, connait le même problème du virus Ebola et qu’il est fort probable que le match aller se joue au Mali (13/14 mars).

Les Usmistes ont joué avec le feu

Personne n’aurait parié sur une éventuelle déroute de la formation de Soustara face à la modeste équipe tchadienne de Foullah Edifice. Heureusement que Laifaoui avait mis, dès la 7e minute, son équipe contre une mauvaise surprise. Une chose est sûre, le technicien allemand et son staff doivent revoir leur copie pour éviter de connaître le scénario du Tchad car, au fil de la compétition, les adversaires seront d’un tout autre calibre.

Pour rappel, l’objectif premier des responsables est d’atteindre dans un premier temps le stade des poules et pour y arriver, il faut prendre en considération tous les paramètres et les aléas de ce safari africain.

La formation usmistes possède le potentiel et les potentialités pour réussir le même exploit de l’ESS, et le moment est venu pour que le football algérien revienne au-devant de la scène continentale surtout que la voie vient d’être tracée par l’Aigle Noir des Hauts Plateaux après son second trophée en supercoupe.

Le moins que l’on puisse dire c’est que les Rouge et Noir de Soustara mieux lotis en particulier concernant le volet financier sont appelés à s’illustrer dans cette prestigieuse compétition à condition que le staff retienne les leçons du match perdu contre le représentant tchadien pour éviter la désillusion de son voisin le Mouloudia.

D’ailleurs, le prochain adversaire des Usmistes est en quelque sorte une inconnue dans le football sénégalais puisqu’il s’agit de l’AS Pikine, qui a vu le jour en 2009 et réussit le doublé la saison écoulée la formation compte des joueurs de différentes nationalités africaines.

Le match aller se jouera à Bologhine avant le déplacement à Dakar pour la seconde manche. Il semble que ce second tour s’annonce difficile et il est impératif pour les joueurs et le staff de prendre très au sérieux leur prochain adversaire.

Les Eulmis qualifiés pourtant en apprentissage

Le second représentant dans l’épreuve prestigieuse de la C1, à savoir le MCEE a bien négocié son périlleux déplacement à Addis Abeba face à St George, en revenant avec le billet pour le second tour malgré la défaite. Il n’est de secret pour personne que les conditions dans l’aventure africaine sont pénibles, en sus des aléas extrasportifs.

Mais cela n’a pas découragé la bande à Aït Djoudi, qui se s’est vaillamment battue en dépit de l’infériorité numérique pour tenir tête à la formation éthiopienne. Une défaite certes amère, mais le plus important est d’avoir arraché la qualification qui permettra au Babya de prendre goût à cette compétition et de tenter d’aller le plus loin possible, surtout que l’équipe possède un bon potentiel en particulier sur la ligne offensive celle-ci est en effet très percutante pourvu qu’elle soit efficace.

Les coéquipiers de Derardja auront sur leur chemin un certain Ashanti Kotoko du Ghana qui faisait d partie des grosses cylindrées du continent mais en éclipse ces dernières années. Toujours est-il le football ghanéen n’est pas à présenter et il est certain que le coach Aït Djoudi étudiera le jeu de l’équipe en décelant ses points forts et des points faibles pour mettre en place une stratégie judicieuse et fructueuse, surtout que l’aller se jouera au stade Messaoud-Zeggar avant le retour prévu dans une quinzaine de jours à Accra.

Le Mouloudia, la catastrophe

L’Algérie est encore en course avec quatre formations dans les différents challenges continentaux, à savoir l’ESS, tenant du trophée, l’USMA et le MCEE en C1 alors qu’en C2 seule l’ASO poursuit son aventure après l’élimination du MCA contre le SC Sahel du Niger, inconnu au bataillon et battu sur le score de 2 à 0.

Classé de lanterne rouge dans le championnat de Ligue 1, la sortie prématurée du Doyen est somme toute logique eu égard au rendement médiocre des joueurs lors de leurs différentes sorties, en particulier face au représentant nigérien au stade Bologhine.

Le Mouloudia, ce grand club avait affiché ses ambitions avant le début de la saison pour jouer sur tous les fronts, surtout que le club est géré avec une manne mirobolante (80 milliards). Mais au final, rien de concluant, à commencer par l’élimination en coupe d’Algérie et la sortie en coupe de la CAF.

Le comble c’est que les Vert et Rouge filent droit vers la ligue 2 et il faudrait vraiment un miracle pour que le club sauve sa peau du purgatoire quand on se réfère aux piètres prestations fournies par les joueurs actuels Ironie du sort, ces derniers touchent des salaires fictifs comparativement aux joueurs de l’ASMO et de l’USMH, deux équipes qui se trouvent mieux classées et pratiquent un football plaisant et spectaculaire.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email