Partenariat: Une vingtaine d’hommes d’affaires américains à Alger – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale Algérie-USA

Partenariat: Une vingtaine d’hommes d’affaires américains à Alger

Partenariat: Une vingtaine d’hommes d’affaires américains à Alger

Une délégation d’une vingtaine d’hommes d’affaires américains est arrivée hier, à Alger, pour explorer de potentielles opportunités de partenariat économique et commercial et pour finaliser la signature de contrats.

Motivés par la nouvelle loi sur l’investissement et la loi sur les hydrocarbures en Algérie, 26 hommes d’affaires, dont certains font partie des géants pétroliers américains, tels qu’Occidental Petroleum Corporation (Oxy) et Chevron, seraient sur le point de conclure des accords avec la Sonatrach, la compagnie nationale algérienne des hydrocarbures. C’est ce qu’a déclaré Smaïl Chikhoune, président du Conseil d’affaires algéro-américain, lors de son intervention, ce dimanche, sur les ondes de la Radio nationale.

Selon le même responsable, la visite de la délégation américaine est perçue comme un indicateur positif quant à l’attractivité du climat des affaires en Algérie. La délégation est composée principalement d’acteurs du secteur de l’énergie, mais elle inclut également des représentants du domaine des travaux publics, notamment dans les secteurs du chemin de fer et des ouvrages d’art, a-t-il ajouté.

« Durant les trois prochains jours, des discussions auront lieu avec plusieurs institutions et acteurs économiques algériens, dont le ministère de l’Industrie, l’Agence algérienne pour la promotion de l’investissement (AAPI), le Conseil du renouveau économique algérien (CREA), la Sonatrach, la Sonelgaz, Alnaft et Madar Holding, parmi d’autres », a-t-il indiqué.

Répondant à l’appel du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, incitant les partenaires américains à investir dans le secteur minier, la délégation américaine est consciente de l’exigence algérienne de transfert de savoir-faire à travers la formation. En effet, « la partie américaine ne peut qu’être intéressée par le secteur minier mais, de notre côté, nous exigeons d’intégrer la formation et aussi de produire certaines pièces nécessaires aux forages et autres services dans l’exploration (…) Cela intéresserait vu que l’Algérie peut être un portail vers l’Afrique et le Moyen-Orient via les différentes zones de libre-échange », a-t-il fait savoir.

M. Chikhoune a, d’autre part, annoncé l’arrivée, à la fin du mois de février prochain, d’une délégation composée d’opérateurs américains dans l’agriculture qui souhaitent investir notamment dans le domaine des céréales, de l’arboriculture et dans d’autres produits agricoles pour de larges productions.

En mai 2023, Oxy avait conclu un contrat de partage de production avec la Sonatrach et d’autres participations directes partenaires régissant les 18 champs des blocs 404A et 208 pour une durée de 25 ans. L’accord renouvelle et approfondit le partenariat avec la Sonatrach.

Dans ce cadre, un accord d’un montant de 4 milliards de dollars avait été signé entre Sonatrach et l’italien Eni, le français Total et les Américains d’Occidental Petroleum (Oxy). Ce contrat d’exploitation d’hydrocarbures porte sur deux blocs, le 404 et le 208, dans le périmètre de Berkine, situé à 300 km au sud-est de Hassi Messaoud.

Pour rappel, le président du comité directeur d’Alnaft, Mourad Beldjehem, avait indiqué, en novembre dernier, en marge du Napec, que l’Algérie avait conclu six nouveaux contrats d’hydrocarbures dans le cadre de la loi 19-13. Par la même occasion, il avait fait état du report du lancement d’un nouvel appel d’offres jusqu’à 2024 compte tenu du contexte mondial.

Le même responsable avait souligné que « des négociations directes avec des compagnies majeures sont en très bonne voie, et nous entendons par bonne voie des opportunités et des projets de partenariat ». Interrogé sur l’exploitation du gaz de schiste, M. Beldjehem a indiqué que l’Algérie compte des réserves colossales et qu’elle se doit de développer toutes les ressources. Il a étayé ses propos en affirmant que tous les experts sont unanimes sur le fait que le monde a encore de l’énergie fossile.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email