-- -- -- / -- -- --
Nationale

Paris veut s’inscrire dans un partenariat «d’exception» avec Alger

Paris veut s’inscrire dans un partenariat «d’exception» avec Alger

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, s’est entretenu, hier à Alger, avec le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Jean-Marc Ayrault.

L’entretien, qui s’est déroulé au siège du ministère, a été élargi par la suite aux membres des deux délégations. M. Ayrault, arrivé hier matin à Alger, a procédé, avant sa rencontre avec son homologue algérien, à l’implantation d’un arbuste au siège du ministère, en signe de l’amitié algéro-française.

La visite du chef de la diplomatie française en Algérie s’inscrit dans le cadre de la convention bilatérale instituant le Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN), conclue entre les deux parties en décembre 2013.

La convention bilatérale prévoit l’instauration d’un dialogue politique régulier entre les deux pays au niveau des Premiers ministres, des ministres des Affaires étrangères et des secrétaires généraux. 

Dans une note officielle du Quai d’Orsay, il est mentionné que l’Algérie jouit d’un statut d’Etat « important » et que son positionnement international a connu un renouveau avec l’arrivée au pouvoir du président Bouteflika en 1999. La France estime que le président algérien a œuvré à la réconciliation nationale après une décennie noire sanglante.

« Le retour à la paix a en effet permis à l’Algérie de revenir sur la scène internationale », indique-t-on sur le site internet du ministère français des Affaires étrangères. Alger et Paris coopèrent dans divers domaines des secteur économique et énergétique ainsi que du secteur des « services ».

En 2014, le volume des échanges entre les deux pays se sont élevés à plus de 13 milliards de dollars. La France a été le troisième client de l’Algérie avec 6,74 milliards de dollars derrière l’Espagne et l’Italie et son deuxième fournisseur avec 6,34 milliards de dollars derrière la Chine.

Au plan politique et sécuritaire, Alger et Paris tendent à rapprocher leurs points de vue concernant notamment la Libye, un pays quasiment disloqué depuis l’assassinat du colonel Mouammar El-Gueddafi. Si la France voit d’un bon œil une intervention militaire pour « combattre Daech », Alger, de son côté, ne cesse d’appeler à une solution politique à travers la mise sur pied d’un gouvernement central siégeant à Tripoli.

Dans une déclaration à la presse à son arrivée à l’aéroport Houari-Boumediene, Jean-Marc Ayrault a indiqué que l’Algérie et la France sont liées par un « partenariat d’exception ». Il souhaite « franchir des étapes » dans certains dossiers.

« C’est avant tout une visite d’amitié que j’effectue en Algérie (…) C’est aussi l’occasion de rappeler que ce qui nous unit désormais est un partenariat d’exception qu’il nous appartient de faire vivre les uns et les autres.

C’est à cela que nous allons travailler dans le cadre du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN) », a déclaré M. Ayrault. Rappelant que son premier déplacement en Algérie remonte à 2013, à l’occasion de la première réunion du comité intergouvernemental bilatéral, il a ajouté que la préparation « dans les meilleures conditions » de la prochaine réunion de ce Comité, prévue début avril prochain, sera à l’ordre du jour de cette visite.

Le chef de la diplomatie française a également fait savoir qu’il était « porteur d’un message du président français, M. François Hollande, au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, au Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, ainsi qu’au peuple algérien ». M. Ayrault a précisé que les entretiens qu’il aura avec de hauts responsables algériens porteront notamment sur des « questions bilatérales, économiques et celles liées à la jeunesse », exprimant le souhait de « franchir des étapes » dans certains dossiers.

Les questions régionales inhérentes à la sécurité et à la paix ainsi qu’à « la lutte conjointe contre le terrorisme ne manqueront évidemment pas d’être abordées », a-t-il souligné. Et d’ajouter que l’objectif des deux parties est de « parvenir à la stabilité dans cette partie du monde ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email