-- -- -- / -- -- --
Nationale

Paiement électronique: Le choix inévitable

Paiement électronique: Le choix inévitable

Les commerçants  sont  désormais contraints  de mettre à la disposition de leurs clients  les  appareils de  paiement électronique avant le 31 décembre prochain, en vue de leur permettre de régler  leurs achats à travers  les cartes bancaires.

C’est aussi choix inévitable pour juguler la crise du cash qui survient dans plusieurs bureaux de poste à travers le pays, provoquant l’ire des citoyens.

Après  plusieurs campagnes de sensibilisation sur l’importance d’introduire ces dispositifs électroniques  dans  les différentes  opérations de l’activité commerciale,  le ministère du Commerce  passe à la vitesse supérieure, en exigeant aux  commerçants leur  utilisation obligatoire avant la fin de l’année en cours.

« Cette décision intervient en vertu de l’article 111 de la loi de Finances 2020 portant obligation pour les commerçants de mettre à la disposition des consommateurs des instruments de paiement électronique », a précisé le ministère dans un communiqué.

Ainsi, l’ensemble des commerçants est invité à se rapprocher des services d’Algérie Poste ou des banques et établissements financiers pour formuler une demande d’équipement de leurs locaux commerciaux en moyens nécessaires (TPE, QR Code), en vue d’assurer le service e-paiement, a indiqué la même source.

« Les commerçants sont tenus de se conformer à ces dispositions avant le 31 décembre 2020, et ce, en déposant une demande au niveau des services compétents relevant d’Algérie Poste ou des banques, qui leur délivrent des accusés de réception », avise le ministère.

Tout commerçant n’ayant pu obtenir ces équipements, au-delà de cette échéance, explique-t-on,  pourra faire prévaloir l’accusé de réception de sa demande devant les agents en charge des contrôles.

Dans ce sens, le ministère du Commerce invite les commerçants concernés à se rapprocher des directions régionales et locales, pour de plus amples informations sur  les procédures  de mise en œuvre  de cette décision.

Par  ailleurs, le ministre de la Poste et des Télécommunications,  Brahim Boumzar avait souligné, à  maintes  occasions,  l’impératif d’utiliser   le paiement électronique   qui pourrait épargner aux  clients d’Algérie poste les souffrances  «  mensuelles », dues aux longues files d’attente devant les  bureaux de poste, notamment en cette période de crise  sanitaire.  Il avait  appelé dans ce sillage à l’intensification des actions de sensibilisation auprès  des  clients, les encourageant à  opter pour les opérations  à distance. «  Il y a un manque de communication  que nous devons  combler en  sensibilisant   le citoyen  quant  à  la possibilité   d’accomplir  les différentes  opérations   commerciales à  distance  sans prendre  la peine  de se  déplacer  aux  bureaux de poste », avait-il déclaré.

La généralisation du paiement électronique est  donc  l’un  des grands chantiers  engagés  par le gouvernement , cela  d’autant  plus  qu’elle permettra   d’éradiquer l’économie  informelle  et  d’instaurer une  sorte de traçabilité  et de  transparence  dans  les  transactions effectuées par les opérateurs économiques.

Pour les  experts, l’évolution d’e-paiement  est proportionnelle   au niveau  du  développement de l’économie  du pays , basé  sur les règles du marché et la compétitivité.  Ils estiment  que, face à ces  changements  de pratiques, les commerçants et les  consommateurs font  toujours de la résistance, qui est due au  manque de confiance dans ce type de moyens de paiement. Ce  qui implique, préconise-t-on, un  travail de longue haleine  sur les mentalités, afin d’inculquer  cette « nouvelle culture », surtout  que le e-paiement  est considéré comme le levier du  développement  économique.

Le Gouvernement s’attelle à mettre en œuvre des réformes « urgentes » liées à la modernisation  des différents  secteurs économiques  à travers, entre autres,  la monétique qui  s’avère être une  nécessité  pour accompagner le plan de relance économique adopté  à l’issue de la dernière tripartite. Un plan  qui  devrait  avoir  un premier  impact   sur  la vie économique  d’ici la fin de l’année, selon les  échéances  fixées  par l’exécutif de Djerad.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email