Paiement électronique : A la recherche d'un coup d'accélérateur – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Paiement électronique : A la recherche d’un coup d’accélérateur

Paiement électronique : A la recherche d’un coup d’accélérateur

Le paiement électronique avance en Algérie. Une nouvelle approche semble être adoptée par les pouvoirs publics qui généralisent ce mode de paiement dans plusieurs secteurs, à même de se diriger vers la généralisation du e-paiement. Cette nouvelle approche devrait donner un coup d’accélérateur à ce mode de paiement qui est devenu un impératif.

Plusieurs organismes ont en effet lancé le service de paiement électronique à l’instar de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL) qui a lancé le service de paiement électronique des loyers au profit des bénéficiaires de logements relevant de la formule location-vente, via le service e-ccp. La société nationale de commercialisation et de distribution des produits pétroliers (Naftal) a également a lancé officiellement, au début du mois, la première phase de la généralisation, à travers ses stations-service, du paiement électronique par cartes interbancaires (CIB et Edahabia) via des terminaux de paiement électroniques (TPE) fournis par la Banque extérieure d’Algérie (BEA). 

Pour l’expert en développement économique, Abderrahmane Hadef, cette démarche est « une locomotive pour le lancement du e-paiement ». Dans sa déclaration au Jeune Indépendant, il a affirmé que les opérateurs économiques, particulièrement, dans le secteur public, sont dans une démarche de modernisation. « Les grandes entreprises publiques sont dans une approche moderne de généralisation des outils de paiement en particulier sous forme électronique », a précisé M. Hadef, affirmant que cette approche est adoptée par les opérateurs économiques. 

Selon lui, cette dynamique devrait être aussi être présente au niveau de la Bourse. « Pour lancer notre bourse, il faut que de grandes entreprises adoptent cette démarche », a-t-il précisé, soulignant l’importance, voire la nécessité, de se diriger vers la généralisation du e-paiement qui permet de dématérialiser le paiement en l’adaptant à la modernité. «  Je pense que ce n’est pas un choix, mais un impératif qu’on mette en place ces outils pour améliorer la prestation de service », a souligné l’expert en développement économique, lequel a indiqué que le paiement électronique devient, aujourd’hui, un élément indispensable dans toutes les transactions commerciales et administratives.

Le paiement électronique doit aussi évoluer selon ce qui se fait dans le monde, selon les précisions de l’expert qui a salué les initiatives prises par certains organismes, de grands facturiers, qui se sont mis sur le e-paiement, citant Naftal, Sonelgaz, l’Algérienne des eaux, Algérie Télécom.

Maintenant, il est nécessaire, précise-t-il, de passer à une nouvelle étape, celle de l’industrie du paiement. C’est dans ce sens que M. Hadef met en avant la révision en cours de la loi sur la monnaie et le crédit qui a introduit cette évolution de façon très claire. « Ce projet de loi permet de créer un Comité national de paiement qui va organiser toute l’industrie du paiement. Elle permettra aussi d’autoriser l’activité des prestataires de services de paiement (PSP) », a signalé M. Hadef, qui dit que ces réformes sont incontournables et indispensables pour améliorer le e-paiement. Ce dernier est aussi important pour les acteurs de la technologie financière, d’autant que se sont eux qui proposent des solutions en termes de paiement. La modernisation des systèmes bancaires doit aussi se faire, selon l’expert en développement économique.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email