-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ouyahia rassure, l’opposition craintive

Ouyahia rassure, l’opposition craintive

« Il n’y aura aucun revirement par rapport au plan d’action gouvernemental adopté auparavant ; et le nouveau gouvernement va respecter entièrement les démarches entreprises, car il s’agit de mettre en application le programme du Président de la République « . C’est ce qu’a indiqué M. Seddik Chiheb, député et porte-parole du RND, au Jeune Indépendant, hier lors de l’ouverture de la session d’automne de l’APN.

Et d’enchainer : « Le président de la République est le seul à avoir les prérogatives permettant de tracer les grands axes à suivre et les objectifs de la politique de l’Etat, et à l’exécutif de déterminer les priorités et la manière de concrétiser tout cela sur le terrain ».

Le porte-parole du RND a, souligné également, que le gouvernement Ouyahia « envisage de maintenir le même canevas avec un léger changement suggérant une légère hausse des taxes, ainsi qu’une révision pour ce qui est de la subvention « . « Il ne faut pas que ces subventions se font à tort et à travers « . « Il n’y aura pas de mesures exceptionnelles, mais cette révision est une logique qui s’impose « a-t-il dit.

Pour le RND, et au sujet du changement tout récent qu’a connu le gouvernement, « il n’y a pas de sensibilité entre le Cabinet partant et celui qui vient d’être installé, car ils ont plusieurs dénominateurs communs. Les sensibilités peuvent exister au niveau des personnes, sans qu’elles affectent l’orientation globale de l’Etat ».

« Nous ne nions pas que le FLN reste toujours l’allié stratégique du RND », nous a fait savoir aussi le proche collaborateur d’Ahmed Ouyahia. Par ailleurs, Nacer Hamdadouche, président du groupe parlementaire HMS, a estimé que « l’opacité règne sur la feuille de route de l’exécutif « , et que « les craintes sont, d’ores et déjà, là suite au changement qu’il a eu à la tête du gouvernement au mois d’août dernier « .

« Cette atmosphère va, assurément, se répercuter sur le travail du gouvernement actuel et le quotidien du citoyen algérien ». Et de poursuivre : « Cependant, nous attendrons la présentation du plan gouvernemental, et à ce moment, nous pourrons nous prononcer « .

De son côté, Slimane Chenine député du parti Nahda –Adala-Bina demande à ce que les mécanismes de lutte contre la corruption soient mis en fonction par le gouvernement, à l’instar du Cour des comptes et d’inviter le gouvernement à tirer les enseignements des expériences précédentes. Le député, commentant la scène politique nationale, qualifiera les discours de certains responsables politiques d’ »irresponsables ».

À propos de la projet de loi de finances 2018, M. Benkhellaf Lakhder, député du Front pour la Justice et le Développement (FJD) a indiqué que « l’Algérie passe par l’une des périodes les plus difficiles, et cela est dû à la crise financière et le déficit budgétaire couvert auparavant par le Fonds de régulation des recettes « .

Et de prédire : « Je pense que la loi de finances 2018 va être la pire depuis le début de la crise économique, donc nous ne serons pas surpris de voir des augmentations drastiques des prix de certains produits et l’imposition de nombreuses taxes « .

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email