-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ouyahia promet la réactivation du Fonds d’aide aux médias

Ouyahia promet la réactivation du Fonds d’aide aux médias

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a annoncé hier l’installation, avant la fin de l’année, de l’Autorité de régulation de la presse écrite (ARPE).

Lors de sa présentation du plan d’action au Conseil de la nation, Ouyahia a affirmé l’engagement du gouvernement pour l’amélioration de la situation des médias en Algérie. Il a mis l’accent sur une amélioration de l’action de ces médias et des institutions de l’Etat en matière de communication.

Il faut rappeler dans ce contexte que la mise en place de cette Autorité de régulation de la presse écrite était déjà inscrite dans la loi organique sur l’information, votée en 2012 lors des premières réformes promises par le président Abdelaziz Bouteflika.

Si l’Autorité de régulation audiovisuelle a été installée, celle de la presse écrite a été omise, voire annulée, notamment avec l’ex-ministre de la Communication, qui avait même déclaré que cet organe était inutile.

Or, c’est le président Bouteflika qui aurait rappelé au gouvernement la nécessité de l’existence de cette structure, censée organiser, protéger, développer et dynamiser ce secteur. Les pouvoirs publics ont toujours critiqué la « mollesse « et la « désorganisation « des médias de la presse écrite, facteurs qui ont empêché les journalistes et les professionnels de s’unir autour de quelques actions importantes, comme celle d’organiser des assemblées générales permettant d’élire leurs propres représentants au sein des organes de régulation.

Certains acteurs de la presse écrite, notamment les syndicats, proposaient une tout autre démarche avant la mise en place de cette Autorité.
Aujourd’hui avec la crise économique, le rétrécissement de la publicité et les menaces qui pèsent sur les supports « papier « , une nouvelle perception voit le jour au sein de la corporation.

On propose un autre processus qui prend en charge aussi bien la législation en vigueur que la situation socioprofessionnelle des journalistes de la presse écrite, devenue le parent pauvre des médias en Algérie, notamment avec l’émergence du numérique, du digital, de l’internet mobile et des nouvelles technologies se basant sur le visuel et la vidéo.

Il faut souligner que l’ARPE, prévue par la loi de 2012 et jouissant de la personnalité morale et de l’autonomie financière, est chargée notamment « d’encourager la pluralité de l’information « et de « veiller à la diffusion et à la distribution de l’information écrite à travers tout le territoire national « .

Dans ce contexte, le Premier ministre a révélé qu’une nouvelle loi sera promulguée en 2018 permettant un accès « plus conséquent « des médias aux informations et aux documents.

Dans ce cadre du droit du citoyen à l’information, il est question pour le gouvernement de travailler sur la promotion de l’obtention par les médias des informations, des documents et des statistiques. Cette loi va encadrer cette nouveauté afin de protéger la vie privée et les droits d’autrui, les intérêts des entreprises et le respect des exigences de la sécurité nationale.

Mieux que cela, Ouyahia a promis également que le gouvernement va réactiver le fonds d’aide aux médias, financé par le Trésor public. Il sera redynamisé à travers un nouveau souffle, aussi bien dans sa composante que dans ses mécanismes de fonctionnement. Ouyahia s’est engagé également dans le soutien des médias dans la formation à travers les différents instituts.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email